prescrire.org > Tous les articles en Une > Les 100 derniers > Certificats complémentaires de protection : très profitables aux firmes pharmaceutiques

Article en Une

Chaque mois, la Rédaction publie des informations en accès libre.

Les 100 derniers :  1 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | 90

Certificats complémentaires de protection : très profitables aux firmes pharmaceutiques

Les firmes pharmaceutiques bénéficient d'un dispositif qui prolonge leur monopole commercial d'une manière parfois injustifiée, et au détriment des systèmes de protection sociale.

Les certificats complémentaires de protection sont un mécanisme de protection industrielle qui s'ajoute à d'autres comme les brevets.

Ils permettent aux firmes de prolonger de cinq années au maximum leur monopole d'exploitation après l'expiration d'un brevet, dont la durée est de 20 ans. Ils ont été mis en place au début des années 1990 au motif principal que la période s'écoulant entre le dépôt du brevet d'un médicament et son autorisation de mise sur le marché (AMM) était de plus en plus longue et réduisait « la protection effective conférée par le brevet à une durée insuffisante pour amortir les investissements effectués dans la recherche ».

Ce mécanisme a depuis beaucoup perdu de sa raison d'être : plusieurs études ont montré en effet que le retour sur investissement des firmes est en réalité très rapide, notamment dans le cas des médicaments antitumoraux, en raison de temps de recherche et développement (R&D) très raccourcis ces dernières années et de prix de vente très élevés des médicaments.
En 2017, un rapport commandé et publié par la Commission européenne a montré que les firmes pharmaceutiques exploitaient très largement le mécanisme, mis en place pour 86 % des médicaments entre 2010 et 2016.

La prolongation des monopoles des firmes a des conséquences importantes : elle retarde l'arrivée de médicaments génériques moins chers sur le marché, ce qui pénalise les patients et les systèmes de protection sociale. Des médicaments "multimilliardaires" (comme Sovaldi° (sofosbuvir), Glivec° (imatinib) et Herceptin° (trastuzumab) ont pu bénéficier de cette protection, ce qui montre que ce mécanisme n'est pas assez strict et doit être réformé pour concerner les seuls médicaments peu rentables à court terme pour les firmes.

©Prescrire 1er mai 2021

• Texte complet : 

"Les certificats complémentaires de protection : un mécanisme de protection industrielle très profitable aux firmes" Rev Prescrire 2021 ; 41 (451) : 388-389. Réservé aux abonnés.

Je m'abonne à Prescrire
Partager
Partager sur Facebook Partager sur Twitter


Voir aussi :

"Protectionnisme industriel
et médicaments :
trop d'effets pervers"
Rev Prescrire 2019 ;
39 (428) : 463-466.
Pdf, réservé aux abonnés

"Firmes pharmaceutiques :
le profit avant tout"
Rev Prescrire 2018 ;
38 (415) : 386-387.
Pdf, réservé aux abonnés

"Médicaments des cancers :
forte rentabilité"
pour les firmes
Rev Prescrire 2019 ;
39 (431) : 705.
Pdf, réservé aux abonnés

"Règlement pédiatrique
européen : surtout pour
les firmes mais pas
pour les enfants"
Rev Prescrire 2017 ;
37 (409) : 864-865.
Pdf, réservé aux abonnés

"Recherche et développement
de médicaments : changer
de système"
Rev Prescrire 2016 ;
36 (398) : 933-939.
Pdf, réservé aux abonnés

"Sortir de l'impasse créée
par la situation de monopole
des firmes (brevets,
droits exclusifs)"
Rev Prescrire 2015 ;
35 (378) : 311-314.
Pdf, réservé aux abonnés


À découvrir :

Tous les Articles en Une
depuis 2002
Accès libre >