prescrire.org > Tous les articles en Une > Les 100 derniers > Traumatismes musculosquelettiques : AINS locaux parfois utiles

Article en Une

Chaque mois, la Rédaction publie des informations en accès libre.

Les 100 derniers :  1 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | 90

Traumatismes musculosquelettiques : AINS locaux parfois utiles

Dans les traumatismes musculosquelettiques, les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) locaux ont une efficacité qui semble voisine de celle d'un AINS oral, légèrement supérieure à un placebo.

Dans les suites immédiates des traumatismes musculosquelettiques sans gravité, des mesures telles que l'application de glace, la mise en décharge ou l'immobilisation sont parfois proposées. L'application cutanée d'un anti-inflammatoire non stéroïdien (AINS) a une efficacité antalgique un peu supérieure au placebo.

Selon une synthèse méthodique des essais cliniques randomisés disponibles, l'application locale d'un AINS a eu une efficacité antalgique voisine de celle d'un AINS oral, un peu supérieure à celle d'un placebo (environ 1 cm sur une échelle visuelle de 0 à 10 cm).

L'application d'un AINS par voie locale expose principalement à des effets indésirables cutanés, surtout des lésions eczématiformes, parfois aggravées ou déclenchées par l'exposition solaire, particulièrement avec le kétoprofène (Ketum° ou autre). L'application d'un AINS sur la peau est suivie d'une certaine absorption et d'un passage systémique, avec une grande variabilité selon les patients et selon les conditions d'application. Elle expose ainsi à des effets indésirables à distance et à des interactions médicamenteuses, de fréquence variable. L'application d'un AINS est parfois étendue et quasi occlusive, ce qui augmente son absorption et le risque d'effets indésirables généraux, notamment des troubles digestifs, cardiovasculaires et rénaux. Les AINS, en application locale, comme par voie générale, sont à écarter chez les femmes qui pourraient devenir enceintes ou qui le sont déjà.

Après certains traumatismes musculosquelettiques douloureux et en dehors de la grossesse, les AINS par voie locale, tel l'ibuprofène (Antarène° ou autre), sont une alternative aux AINS par voie orale.

©Prescrire 1er septembre 2021

• Texte complet : 

"Traumatismes musculosquelettiques et AINS local" Rev Prescrire 2021 ; 41 (455) : 686-687. Réservé aux abonnés.

Je m'abonne à Prescrire
Partager
Partager sur Facebook Partager sur Twitter


Voir aussi :

"Jamais d'anti-inflammatoire
pendant la grossesse"
Fiche Infos-Patients Prescrire 
Pdf, réservé aux abonnés,
à remettre aux patients


"Douleur nociceptive
chez un adulte"
Premiers Choix Prescrire
Pdf, réservé aux abonnés

"Entorse de cheville
chez un adulte"
Premiers Choix Prescrire
Pdf, réservé aux abonnés


À découvrir :

Tous les Articles en Une
depuis 2002
Accès libre >