prescrire.org > Les médicaments à écarter > Bilan 2020 des médicaments à écarter > Principales évolutions autour du bilan 2020 des médicaments à écarter

Bilan 2020 des médicaments à écarter

pour mieux soigner


Le résultat d'une méthode fiable, rigoureuse et indépendante

Principales évolutions autour du bilan 2020 des médicaments à écarter

Bilan des médicaments à écarter
Pour aider à choisir des soins de qualité, et éviter des dommages disproportionnés pour les patients, nous avons mis à jour fin 2019 le bilan des médicaments que Prescrire conseille d’écarter pour mieux soigner. Voici les principales évolutions entre le bilan 2019 et le bilan 2020.

Chaque année, Prescrire actualise son bilan des médicaments à écarter des soins. Suite à cette analyse, certains médicaments sont ajoutés, d'autres sont retirés de ce bilan, soit le temps d'un réexamen de leur balance bénéfices-risques, soit parce que leur commercialisation a été arrêtée sur décision de la firme ou d'une autorité de santé, soit parce que de nouvelles données modifient leur balance bénéfices-risques. Voici les principales évolutions entre le bilan 2019 et le bilan 2020.

Bilan des médicaments à écarter : effets indésirablesArrêts de commercialisation en France

Un médicament qui figurait dans le bilan 2019 des médicaments que Prescrire conseille d'écarter n'est plus commercialisé en France : la méphénésine (Décontractyl°, Décontractyl Baume°), un myorelaxant. Mi-2019, l'Agence française du médicament (ANSM) a retiré les autorisations de mise sur le marché en raison d'une balance bénéfices-risques défavorable. Comme la méphénésine en application locale reste commercialisée en Belgique notamment, nous l'avons laissée dans ce bilan.

Gliflozines : balance bénéfices-risques défavorable dans le diabète de type 2, mais examen en cours dans le diabète de type 1

En 2019, la balance bénéfices-risques des hypoglycémiants du groupe des gliflozines est défavorable dans le diabète de type 2 (n° 432 p. 769). Il s'agit de la canagliflozine (Invokana° ; et associée avec la metformine dans Vokanamet°), la dapagliflozine (Forxiga° ; associée avec la metformine dans Xigduo° ; et associée avec la saxagliptine dans Qtern°), l'empagliflozine (Jardiance° ; associée avec la metformine dans Synjardy° ; et associée avec la linagliptine dans Glyxambi°) et l'ertugliflozine (Steglatro°, lire n° 434 p. 896-897). Mais les gliflozines ne figurent pas dans ce bilan des médicaments à écarter car la dapagliflozine a été autorisée dans le diabète de type 1, et l'analyse de sa balance bénéfices-risques par Prescrire dans cette situation est en cours en 2019.

Nouvelles données prises en compte : sélexipag retiré du bilan

Bilan des médicaments à écarter : nouvelles donnéesLe sélexipag (Uptravi°), un agoniste des récepteurs de la prostacycline par voie orale, autorisé dans l'hypertension artérielle pulmonaire, ne figure plus dans le bilan. Il avait été inscrit en 2018 du fait de l'observation d'un excès de mortalité dans le principal essai d'évaluation clinique du sélexipag. Il a été retiré en 2019, pendant le réexamen de son évaluation par Prescrire. Le séléxipag n'a pas été réinscrit dans ce bilan 2020 à la suite de cette réévaluation. Pour autant, sa balance bénéfices-risques est très incertaine, avec un risque non exclu que ce médicament hâte la mort de certains patients au cours des premiers mois de traitement (n° 433 p. 868-869).

Ajouts au bilan des médicaments à écarter 2020 : alpha-amylase, diosmectite et autres argiles médicamenteuses, Ginkgo biloba, etc.

Douze médicaments ont été ajoutés car les effets indésirables auxquels ils exposent sont disproportionnés par rapport à leur faible efficacité ou à la bénignité de la situation clinique dans laquelle ils sont autorisés. Il s'agit de :

  • l'alpha-amylase (Maxilase° ou autre), dans les maux de gorge
     
  • le Ginkgo biloba (Tanakan° ou autre) dans les troubles cognitifs chez les patients âgés
     
  • le naftidrofuryl (Praxilène° ou autre) dans la claudication intermittente ischémique liée à une artériopathie des membres inférieurs
     
  • le pentosane polysulfate oral (Elmiron°) dans le syndrome de la vessie douloureuse
     
  • la pentoxyvérine (Vicks sirop pectoral 0,15 %°. Clarix toux sèche pentoxyvérine 0,15 %°) dans la toux
     
  • le ténoxicam (Tilcotil°), un anti-inflammatoire non stéroïdien
     
  • la xylométazoline, un décongestionnant rhinopharyngé disponible en Belgique, Suisse et ailleurs.

La contamination par du plomb des argiles médicamenteuses utilisées dans divers troubles intestinaux dont les diarrhées justifie de les écarter des soins :

  • l'attapulgite (Actapulgite°, ou en association dans Gastropulgite°)
     
  • la diosmectite (Smecta° ou autre)
     
  • l'hydrotalcite (Rennieliquo°)
     
  • la montmorillonite beidellitique alias monmectite (Bedelix°, ou en association dans Gelox°)
     
  • le kaolin (en association dans Gastropax° et Neutroses°).
     

Télécharger le texte intégral du Bilan 2020 des médicaments à écarter
Télécharger
 LIBRE  "Pour mieux soigner, des médicaments à écarter : bilan 2020" Rev Prescrire 2019 ; 39 (434) : 931-942. (pdf, accès libre)


Sommaire du Bilan des médicaments à écarter Sommaire du Bilan des médicaments à écarter

 

 

©Prescrire 1er décembre 2019

Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter

 

Partager
Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Filet
L'abonnement à Prescrire, une solution multimédia complète