prescrire.org > Dans l'actualité > Dans l'actualité > Maladie covid-19 débutante sans signe de gravité chez des patients à risque d'aggravation : début avril 2021, efficacité clinique incertaine des associations d'anticorps dirigés contre la protéine S du Sars-CoV-2

Dans l'actualité

Le service "Dans l'actualité" de l'Application Prescrire aide les abonnés à se reporter à des textes Prescrire en lien avec certains faits d'actualité, pour partager avec les patients une information utile et fiable sur le sujet.

Maladie covid-19 débutante sans signe de gravité chez des patients à risque d'aggravation : début avril 2021, efficacité clinique incertaine des associations d'anticorps dirigés contre la protéine S du Sars-CoV-2

covid Dans l'actualité  Des associations d'anticorps dirigés contre la protéine S du Sars-CoV-2 ont été autorisées en France, pour une perfusion dans les 5 jours suivant le début de symptômes sans gravité de covid-19, chez des adultes avec au moins un facteur d'aggravation de la maladie. Début avril 2021, quels sont dans cette situation les principaux résultats publics de leur évaluation ? Voici quelques points de repères. (9 avril 2021)

Début avril 2021, deux associations d'anticorps monoclonaux dirigés contre la protéine S du virus Sars-CoV-2 peuvent être proposées en France à certains patients atteints de maladie covid-19 symptomatique débutante, dans le cadre d'une autorisation temporaire d'utilisation (ATU) (1). Il s'agit des associations bamlanivimab + étésévimab (de la firme Lilly) et casirivimab + imdévimab (de la firme Roche ; ou Regeneron dans divers pays) (1à3).

La fixation de ces anticorps sur cette protéine virale pourrait empêcher la pénétration du virus dans les cellules hôtes (2,3). Le bamlanivimab se fixe sur un site de la protéine S en partie commun avec le site où se fixe l'étésévimab (2). Le casirivimab et l'imdévimab se fixent sur des sites distincts de la protéine S (3). Associer deux anticorps vise à éviter la sélection de virus résistant à un anticorps, mais quand ces deux anticorps ont des sites de fixation en partie communs, ils sont en compétition, ce qui peut réduire l’efficacité de cette association... [Texte complet dans l'Application Prescrire]

©Prescrire 9 avril 2021

Sources :

  1. DGS-Urgent "Bithérapies d’anticorps monoclonaux : approvisionnement des établissements de santé et prise en charge des patients à risque élevé d’évolution vers les formes graves de la covid-19. DGS-Urgent n°2021_30" 15 mars 2021. > ICI
  2. EMA - CHMP "Public assessment report for Eli Lilly and company limited use of bamlanivimab and etesevimab for the treatment of covid-19. EMEA/H/A-5(3)/1502" 16 mars 2021. > ICI
  3. EMA - CHMP "Public assessment report Regeneron Ireland DAC use of casirivimab and imdevimab for the treatment of covid-19. EMEA/H/A-5(3)/1503" 25 février 2021. > ICI
  4. ANSM "RCP-etesevimab, bamlanivimab". > ICI
  5. ANSM "RCP-casirivimab, imdevimab". > ICI
  6. ANRS-Maladies infectieuses émergentes "L'ANRS en bref". Site www.anrs.fr consulté le 8 avril 2021. > ICI
  7. Roche "New phase III data shows investigational antibody cocktail casirivimab and imdevimab reduced hospitalisation or death by 70 % in non-hospitalised patients with covid-19" 23 mars 2021. > ICI

Dans l'actualité, un service de l'Application Prescrire
Le texte complet, avec l'ensemble de ses ressources documentaires,
est disponible dans la rubrique "Dans l'actualité"
de l'Application Prescrire.

  Pour bénéficier de l'Application Prescrire :
Je m'abonne à Prescrire avec son Application Je complète mon abonnement pour bénéficier de l'Application J'installe l'Application Prescrire


 > Tous les sujets "Dans l'actualité" 

Partager
Partager sur Facebook Partager sur Twitter