prescrire.org > Tous les articles en Une > Les articles en Une depuis 2002 : 2020 > Soins funéraires : interdits en cas de certaines infections

Article en Une : Archives

Chaque mois, la Rédaction publie des informations en accès libre.

2020 : 1 | 30 | 60 | 90

Soins funéraires : interdits en cas de certaines infections

Les soins funéraires sont interdits en présence de certaines infections transmissibles, dont le covid-19.

Les soins de conservation du corps retardent temporairement le processus de décomposition entre le moment de la mort et celui de l'inhumation ou de la crémation. On distingue deux méthodes de conservation : par le froid et par un produit chimique. L'utilisation d'un produit chimique requiert une déclaration en mairie et l'intervention de professionnels habilités appelés thanatopracteurs.

La réalisation de ces soins est subordonnée à la demande d'une personne habilitée à pourvoir aux funérailles (un membre de la famille par exemple) et du certificat de décès précisant qu'il n'y a pas d'obstacle médicolégal ni d'infection transmissible interdisant ces soins.

En cas d'orthopoxviroses, de choléra, de peste, de charbon, de fièvres hémorragiques virales graves et contagieuses, le corps des personnes atteintes d'une de ces infections au moment du décès est déposé en cercueil hermétique équipé d'un système épurateur de gaz. Le cercueil est fermé définitivement sans délai.

En cas de rage, de tuberculose non traitée ou traitée depuis moins d'un mois, ou multirésistante, le corps des personnes est déposé dans un cercueil simple, fermé définitivement sans délai.

Les soins de conservation du corps sont aussi interdits en cas d'état septique grave.

Chez les personnes mortes de covid-19 (c'est-à-dire l'infection par le Sars-CoV-2), aucun soin funéraire ne peut être pratiqué. Le corps doit être enveloppé dans une housse mortuaire imperméable, avec maintien d'une ouverture de 5 à 10 cm au niveau du visage si le corps n'a pas encore été présenté aux proches.

En France, l'interdiction de soins funéraires en cas d'hépatites B ou C ou d'infection par le HIV a été supprimée depuis 2018, à la satisfaction des associations de patients.

©Prescrire 1er juin 2020

• Texte complet : 

"Soins funéraires de conservation et infections transmissibles" Rev Prescrire 2020 ; 40 (440) : 465. Réservé aux abonnés.

Je m'abonne à Prescrire
Partager
Partager sur Facebook Partager sur Twitter


Voir aussi :

"Soins du corps
après la mort"
(Décembre 2009)
Accès libre


À découvrir :

Tous les Articles en Une
depuis 2002
Accès libre >