prescrire.org > Tous les articles en Une > Les articles en Une depuis 2002 : 2020 > Personnes hostiles aux vaccinations : des motivations diverses

Article en Une : Archives

Chaque mois, la Rédaction publie des informations en accès libre.

2020 : 1 | 30 | 60 | 90

Personnes hostiles aux vaccinations : des motivations diverses

Les discours hostiles aux vaccinations, se développent sur fond de défiance croissante vis-à-vis des autorités et parfois de la science, et grâce à internet et aux réseaux sociaux.

En France, encore plus que dans d’autres pays, certaines personnes sont hésitantes, voire méfiantes, vis-à-vis de certaines vaccinations. D’autres sont hostiles aux vaccinations en général, et parfois désignées comme "antivaccins".

Deux facteurs expliquent aujourd’hui le développement de l’hésitation vaccinale et de l’hostilité aux vaccinations : une défiance croissante à l’égard des autorités et parfois envers la science ; l’accès facilité par internet et les réseaux sociaux à des informations critiques, alternatives, voire "antivaccins" et complotistes.

Certaines personnes refusent les vaccinations par conviction "écologique" ou religieuse. Les personnes sympathisantes des partis politiques classés aux extrêmes croient davantage que les autres à une coalition entre le ministère de la Santé et les firmes pharmaceutiques pour cacher la nocivité des vaccins.

Les discours hostiles aux vaccinations ont plus d’impact aujourd’hui en raison de leur diffusion sur les réseaux sociaux, sur des sites ouvertement hostiles aux vaccinations et aussi de manière parfois plus insidieuse sur des sites plus généralistes sur la santé.

Les "antivaccins" radicaux constituent un noyau dur militant ; ils utilisent beaucoup de théories scientifiques, parfois hétérodoxes, et se recrutent souvent chez des scientifiques et des médecins "hors système", avec une influence particulièrement importante.

Les controverses vaccinales sont un défi sanitaire quand elles deviennent un obstacle à l’adhésion aux politiques de santé publique. Les soignants bien documentés ont un rôle à jouer auprès des patients pour une meilleure acceptation des vaccinations justifiées par l’évaluation de leur balance bénéfices-risques.

©Prescrire 1er juillet 2020

• Texte complet : 

"Personnes hostiles aux vaccinations : des motivations diverses" Rev Prescrire 2020 ; 40 (441) : 544-546. Réservé aux abonnés.

Je m'abonne à Prescrire
Partager
Partager sur Facebook Partager sur Twitter


Voir aussi :

"Vaccinations : une histoire
de santé publique et
de controverses sociales"
Rev Prescrire 2019 ;
39 (425) : 217-222.
Pdf, réservé aux abonnés

"Hésitation vaccinale :
mieux comprendre
pour mieux accompagner"
Rev Prescrire 2018 ;
38 (422) : 933-938.
Pdf, réservé aux abonnés

"Obligés ?"
Rev Prescrire 2018 ;
38 (412) : 81.
Pdf, accès libre

"Vaccination chez les
enfants de moins de 2 ans :
les vaccins recommandés
devenus obligatoires"
Rev Prescrire 2018 ;
38 (412) : 103-104.
Pdf, réservé aux abonnés


À découvrir :

Tous les Articles en Une
depuis 2002
Accès libre >