prescrire.org > Tous les articles en Une > Les articles en Une depuis 2002 : 2020 > Infections urinaires : les bandelettes réactives aident au diagnostic

Article en Une : Archives

Chaque mois, la Rédaction publie des informations en accès libre.

2020 : 1 | 30 | 60 | 90

Infections urinaires : les bandelettes réactives aident au diagnostic

Les bandelettes réactives sont performantes et rendent service quand l'incertitude clinique est grande.

Les infections urinaires bactériennes sont fréquentes, surtout chez les femmes adultes. Les signes d'infection urinaire sont variables, notamment selon l'âge, le sexe et la localisation de l'infection. L'examen de référence pour le diagnostic d'infection urinaire est un examen cytobactériologique avec culture d'un échantillon d'urine (ECBU, réalisé en laboratoire). Les résultats sont en général obtenus après un délai de 24 à 48 heures.

Des bandelettes réactives plongées dans l'urine sont utilisées pour le diagnostic rapide d'infection urinaire, surtout quand la connaissance de la bactérie en cause ne paraît pas cruciale pour choisir un antibiotique.

Selon trois synthèses d'études portant au total sur plus de 100 000 personnes, les bandelettes réactives sont performantes. Elles permettent de détecter en 1 à 2 minutes la présence de leucocytes ou de nitrites dans les urines, avec une sensibilité de l'ordre de 85 %, et leur détection simultanée a une spécificité de plus de 95 %.

Leur emploi n'est pas utile quand les signes cliniques sont très évocateurs et suffisants pour étayer une décision thérapeutique, par exemple quand les symptômes sont typiques chez des femmes adultes. Leur emploi est utile quand l'incertitude clinique est grande, par exemple en cas de signes évocateurs d'infection urinaire chez les hommes, ou chez les enfants âgés de plus de 1 an, car leur résultat oriente à bon escient la prescription ou non d'un ECBU. En revanche, chez les enfants âgés de moins de 1 an, notamment ceux qui ont une fièvre inexpliquée, il est plus prudent d'effectuer d'emblée un ECBU pour déterminer plus sûrement la présence ou l'absence d'infection urinaire, et obtenir un antibiogramme en cas d'infection avérée.

©Prescrire 1er septembre 2020

• Texte complet : 

"Bandelettes réactives et infections urinaires" Rev Prescrire 2020 ; 40 (443) : 684-686. Réservé aux abonnés.

Je m'abonne à Prescrire
Partager
Partager sur Facebook Partager sur Twitter


Voir aussi :

"Cystite aiguë simple
chez une femme"
Premiers Choix Prescrire
Pdf, réservé aux abonnés

"Cystites récidivantes
chez les femmes"
Fiche Infos-Patients Prescrire 
Pdf, réservé aux abonnés,
à remettre aux patients


"Infections urinaires aiguës
chez les femmes"
Fiche Infos-Patients Prescrire 
Pdf, réservé aux abonnés,
à remettre aux patients



À découvrir :

Tous les Articles en Une
depuis 2002
Accès libre >