prescrire.org > Tous les articles en Une > Les articles en Une depuis 2002 : 2020 > Alzheimer : le déremboursement des médicaments n'a pas rompu le lien avec les soignants

Article en Une : Archives

Chaque mois, la Rédaction publie des informations en accès libre.

2020 : 1 | 30 | 60 | 90

Alzheimer : le déremboursement des médicaments n'a pas rompu le lien avec les soignants

Contrairement à ce que certains spécialistes redoutaient, le déremboursement en France des médicaments de la maladie d'Alzheimer mi-2018 a été sans conséquence notable sur la fréquence des actes de soins aux patients.

En France, les médicaments de la maladie d'Alzheimer ne sont plus remboursables par la Sécurité sociale depuis le 1er août 2018 : donépézil (Aricept° ou autre), galantamine (Reminyl° ou autre), rivastigmine (Exelon° ou autre) et mémantine (Ebixa° ou autre). La Haute autorité de santé avait demandé ce déremboursement en 2016, vu leur service médical rendu "insuffisant". Depuis 2014, Prescrire proposait de les écarter des soins, pour se concentrer sur « l'aide à l'organisation du quotidien, le maintien d'activité, l'accompagnement et l'aide de l'entourage ». Selon certains défenseurs de ces médicaments, ce déremboursement risquait d'entraîner la rupture du lien entre le patient et son médecin. Qu'en a-t-il été en pratique ? Prescrire a tenté de le savoir à partir des données de l'"échantillon généraliste de bénéficiaires", qui représente la population couverte par l'assureur maladie obligatoire en France, à l'échelle 1 pour 97.

Pour cela, la consommation de soins en ambulatoire a été comparée entre le second semestre de 2018 et celui de 2017 (groupe témoin) pour les patients prenant régulièrement des médicaments de la maladie d'Alzheimer au cours du premier semestre de la même année. Dans chaque groupe, les nombres moyens d'actes par patient durant le second semestre ont été peu ou pas différents en 2018 et en 2017 en ce qui concerne les professionnels suivants : médecin généraliste, médecin spécialiste, infirmier, kinésithérapeute, orthophoniste. Plus de 94 % des patients ont consulté au moins une fois un médecin généraliste ou spécialiste durant le second semestre, en 2018 comme en 2017.

En somme, le lien thérapeutique entre le patient et le médecin a paru stable.

©Prescrire 1er septembre 2020

• Texte complet : 

"Déremboursement des médicaments de la maladie d’Alzheimer en France : sans conséquence notable sur la fréquence des actes de soins" Rev Prescrire 2020 ; 40 (443) : 701. Réservé aux abonnés.

Je m'abonne à Prescrire
Partager
Partager sur Facebook Partager sur Twitter


Voir aussi :

"Maladie d'Alzheimer :
un diagnostic en nuances"
Fiche Infos-Patients Prescrire 
Pdf, réservé aux abonnés,
à remettre aux patients


"Alzheimer : les médicaments
moins utiles que l'aide
au quotidien"
Fiche Infos-Patients Prescrire 
Pdf, réservé aux abonnés,
à remettre aux patients

 
"Médicaments de la malade
d'Alzheimer : diminution
trop lente des prescriptions"
(Décembre 2018)
Accès libre

"Médicaments de la maladie
d'Alzheimer : enfin non
remboursables en France !"
(Juin 2018)
Accès libre

"Médicaments
de la maladie d'Alzheimer"
(Novembre 2016)
Accès libre


À découvrir :

Tous les Articles en Une
depuis 2002
Accès libre >