prescrire.org > Tous les articles en Une > Les articles en Une depuis 2002 : 2021 > Bilan Prescrire 2020 : des solutions pour mieux soigner

Article en Une : Archives

Chaque mois, la Rédaction publie des informations en accès libre.

Bilan Prescrire 2020 : des solutions pour mieux soigner

En janvier, Prescrire publie un panorama de son travail effectué au fil de l'année à partir de centaines de recherches documentaires approfondies et mises à jour, de décryptages d'essais cliniques et de synthèses méthodiques, d'analyses de dossiers d'évaluation clinique.

Les conclusions sont classées par thèmes. Voici quelques extraits :

  • "À noter dans sa liste de médicaments" : Covid-19 et dexaméthasone : réduction de la mortalité chez les patients ayant besoin d'oxygène. Chez les patients hospitalisés en raison d'une maladie covid-19, en complément de la mise sous oxygène ou sous ventilation assistée, la dexaméthasone par voie générale (6 mg par jour jusqu'à 10 jours) semble réduire la mortalité.
     
  • "À écarter de sa liste de médicaments" : Contraception orale : la drospirénone (Slinda°) non associée pas plus efficace que le lévonorgestrel (Microval°) et expose à des hyperkaliémies et des troubles du rythme cardiaque.
     
  • "Nouveautés à ne pas retenir" : Chez les patients atteints d'un diabète de type 2 : pas de progrès démontré avec le sémaglutide (Ozempic°) qui expose à des troubles digestifs peut-être plus fréquents qu'avec les autres hypoglycémiants du même type, avec un risque d'aggravation d'une rétinopathie diabétique préexistante à mieux cerner.
     
  • "Mieux cerner les risques des traitements" : Chez les patients sous anticoagulant oral direct tel que l'apixaban (Eliquis°), l'édoxaban (Lixiana°) ou le rivaroxaban (Xarelto°) : des situations ou des erreurs médicamenteuses exposent à un risque accru d'hémorragies ou de thromboses : âge avancé, insuffisance rénale ou hépatique, affections à risque d'hémorragies, interactions médicamenteuses, doses oubliées ou prises retardées, etc.
     
  • "Et si c'était à cause du médicament ?" : Les médicaments à effet alphabloquant ou vasodilatateur sont une cause fréquente de priapisme.

©Prescrire 1er janvier 2021

• Textes complets :

"Pour mieux soigner : enrichir et mettre à jour ses choix thérapeutiques - Le tri 2020" Rev Prescrire 2021 ; 41 (447) : 32-57. Réservé aux abonnés.

"Usages" Rev Prescrire 2021 ; 41 (447) : 1. Accès libre.

Je m'abonne à Prescrire
Partager
Partager sur Facebook Partager sur Twitter


Pour en savoir plus :


"Bilan Prescrire 2020 :
des médicaments à retenir
pour mieux soigner"
(Janvier 2021)
Accès libre

"Bilan Prescrire 2020 :
pour mieux prendre
en charge les patients"
(Janvier 2021)
Accès libre


À découvrir :

Tous les Articles en Une
depuis 2002
Accès libre >