prescrire.org > Tous les articles en Une > Les articles en Une depuis 2002 : 2021 > Bilan Prescrire 2020 : pour mieux prendre en charge les patients

Article en Une : Archives

Chaque mois, la Rédaction publie des informations en accès libre.

Bilan Prescrire 2020 : pour mieux prendre en charge les patients

La publication de données d'évaluation de bonne qualité des traitements fait progresser les connaissances et permet de mieux prendre en charge les patients.

En janvier, Prescrire fait le bilan des connaissances présentées dans la revue durant l'année qui permettent de mieux prendre en charge les patients. Voici quelques exemples tirés des 47 pages du bilan 2020.

L'année 2020 a été marquée par la pandémie de covid-19. Au fil de l'année, face à l'afflux de très nombreuses données publiées, Prescrire a effectué un tri pour distinguer les données utiles aux soins et à la prévention, et a publié de nombreux textes sur le sujet. Mais la pandémie de covid-19 n'a pas supprimé les autres problèmes de santé !

  • Cardiologie : chez les patients atteints d'hypertension artérielle, la prise de médicaments hypotenseurs au coucher est peut-être plus efficace pour réduire la mortalité qu'une prise le matin.
     
  • Infectiologie : en situation épidémique de fièvre hémorragique à virus Ebola, le vaccin Ebola rVSV-Zebov (Ervebo°) réduit le risque d'être atteint de la maladie chez les personnes de l'entourage de patients infectés, dont les soignants, en plus des mesures d'hygiène et de protection strictes autour d'un patient infecté.
     
  • Pneumologie : quand les symptômes d'asthme léger restent trop gênants malgré la prise à la demande d'un bêta-2 stimulant de courte durée d'action, la prise concomitante, lors des crises, d'un corticoïde à faible dose et d'un bêta-2 stimulant d'action rapide est une option, éventuellement associés au sein d'une même spécialité telle que budésonide + formotérol (Symbicort Turbuhaler° ou autre).
     
  • Rhumatologie : chez les patients souffrant d'une crise de goutte, la colchicine (Colchicine Opocalcium°) ne soulage pas mieux la douleur qu'un anti-inflammatoire non stéroïdien tel que le naproxène (Naprosyne° ou autre). Vu le risque de surdose mortelle lié à la colchicine, celle-ci est une option de dernier recours.

©Prescrire 1er janvier 2021

• Textes complets :

"Pour mieux soigner : enrichir et mettre à jour ses choix thérapeutiques - Le tri 2020" Rev Prescrire 2021 ; 41 (447) : 32-57. Réservé aux abonnés.

"Usages" Rev Prescrire 2021 ; 41 (447) : 1. Accès libre.

Je m'abonne à Prescrire
Partager
Partager sur Facebook Partager sur Twitter


Pour en savoir plus :

"Bilan Prescrire 2020 :
des solutions pour
mieux soigner"
(Janvier 2021)
Accès libre

"Bilan Prescrire 2020 :
des médicaments à retenir
pour mieux soigner"
(Janvier 2021)
Accès libre


À découvrir :

Tous les Articles en Une
depuis 2002
Accès libre >