prescrire.org > Tous les articles en Une > Les articles en Une depuis 2002 : 2021 > Progestérone vaginale : pas pendant la grossesse

Article en Une : Archives

Chaque mois, la Rédaction publie des informations en accès libre.

Progestérone vaginale : pas pendant la grossesse

Pendant la grossesse, la progestérone expose à des risques de cholestases hépatiques quelle que soit sa voie d'administration, alors qu'elle n'a pas d'efficacité démontrée pour réduire le risque d'accouchement prématuré.

La prise de progestérone par voie orale est utilisée en fin de grossesse en vue d'éviter une naissance prématurée, malgré l'absence d'efficacité démontrée. La progestérone est une cause connue de cholestase intrahépatique, qui survient au 3e trimestre de la grossesse. Elle se manifeste par un prurit, qui débute au niveau des paumes des mains et des plantes des pieds et s'étend, avec une intensité plus ou moins supportable. La concentration dans le sang des acides biliaires augmente, ainsi que l'activité d'enzymes hépatiques, les transaminases. La cholestase a parfois des conséquences néfastes sur le fœtus, pouvant aller jusqu'à la mort intra-utérine. Elle récidive parfois lors de grossesses ultérieures ou sous contraception hormonale.

Une étude a cherché à savoir si la progestérone vaginale (Utrogestan° ou autre) exposait au même risque que par voie orale. 174  femmes ayant une cholestase intrahépatique de la grossesse et 552 femmes enceintes sans cholestase ont été comparées. Les femmes ont été recrutées dans une maternité où un traitement par progestérone était débuté à partir de la 16e semaine de grossesse quand un col court était détecté à l'échographie systématique, dans l'intention d'éviter la prématurité. La progestérone était utilisée à raison de 200 mg par jour par voie vaginale. 4,6 % des femmes ayant une cholestase avaient été exposées à la progestérone vaginale versus 1,1 % des femmes indemnes (différence statistiquement significative).

En conclusion, la progestérone, quelle que soit sa voie d'administration expose à des cholestases hépatiques. En l'absence d'efficacité démontrée en prévention d'accouchement prématuré, il n'est pas justifié d'exposer une femme enceinte aux effets indésirables de la progestérone.

©Prescrire 1er janvier 2021

• Texte complet : 

"Progestérone vaginale : pas pendant la grossesse" Rev Prescrire 2021 ; 41 (447) : 24. Réservé aux abonnés.

Je m'abonne à Prescrire
Partager
Partager sur Facebook Partager sur Twitter


Voir aussi :

"Accouchements
prématurés :
la progestérone
vaginale inutile"
(Mai 2017)
Accès libre

"Progestatifs et prévention
de l'accouchement prématuré
chez les femmes à risque.
Résultats d'évaluation trop
hétérogènes pour exposer
femmes et enfants"
Rev Prescrire 2016 ;
36 (389) : 204-207 .
Pdf, réservé aux abonnés


À découvrir :

Tous les Articles en Une
depuis 2002
Accès libre >