prescrire.org > Tous les articles en Une > Les articles en Une depuis 2002 : 2021 > Compléments alimentaires : peu évalués et peu contrôlés

Article en Une : Archives

Chaque mois, la Rédaction publie des informations en accès libre.

2021 : 1 | 30 | 60

Compléments alimentaires : peu évalués et peu contrôlés

Un dédale réglementaire en France, et peu d'exigences pour l'autorisation de produits qui ne sont pas considérés comme produits de santé, alors qu'ils sont proposés dans de nombreux troubles de santé.

En France, près de 20 ans après la mise en œuvre de la directive européenne encadrant l'utilisation des compléments alimentaires, leur consommation et leur diversification sont en hausse constante. Les pharmaciens d'officine en sont les premiers distributeurs, en concurrence avec les sites marchands sur internet, qui progressent.

La directive de 2002, transposée en France en 2006, définit trois procédures d'autorisation de mise sur le marché des compléments alimentaires, selon que les ingrédients sont ou non déjà commercialisés en France, ou dans l'Union européenne.

Début 2021, hormis une liste européenne de vitamines et minéraux, la plupart des ingrédients sont autorisés au niveau national, notamment des plantes et des huiles essentielles, avec des différences notables entre États membres. En France, le système d'autorisation des compléments alimentaires est assuré par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (Dgccrf, du ministère de l'économie), pas par les agences sanitaires. La Dgccrf manque d'exigence en matière de protection des personnes, notamment pour les nouveaux ingrédients déjà commercialisés dans un autre État membre.

Les informations à disposition des consommateurs sur les compléments alimentaires sont insuffisantes et difficiles à trouver. Elles sont dispersées dans divers arrêtés ministériels, dont les mises à jour reposent sur des recommandations de la Dgccrf.

Début 2021, il n'existe pas de base publique française ou européenne conçue pour les consommateurs et les professionnels de santé permettant de connaître les ingrédients autorisés, avec leurs conditions et restrictions éventuelles d'utilisation, ni les ingrédients interdits ou dangereux.

©Prescrire 1er mars 2021

• Texte complet : 

"Compléments alimentaires : peu évalués et contrôlés, trop facilement autorisés et parfois dangereux" Rev Prescrire 2021 ; 41 (449) : 208-213. Réservé aux abonnés.

Je m'abonne à Prescrire
Partager
Partager sur Facebook Partager sur Twitter


Voir aussi :

Iode et grossesse :
pas d'apport systématique
(Mars 2021)
Accès libre

Prescrire en questions.
Compléments alimentaires :
faut-il rassurer les
consommateurs ?
Rev Prescrire 2020 ;
40 (446) : 951.
Pdf, réservé aux abonnés

Complément alimentaire
frauduleux : accident
vasculaire cérébral
Rev Prescrire 2020 ;
40 (437) : 188.
Pdf, réservé aux abonnés

Compléments alimentaires
à base de curcuma :
hépatites cholestatiques
Rev Prescrire 2020 ;
40 (436) : 111.
Pdf, réservé aux abonnés
     
Spiruline : atteintes hépatiques,
réactions d'hypersensibilité
et autres effets indésirables
Rev Prescrire 2018 ;
38 (421) : 833-834.
Pdf, réservé aux abonnés

Mélatonine : complément
alimentaire ou médicament ?
Rev Prescrire 2018 ;
38 (421) : 835.
Pdf, réservé aux abonnés
  
Levure de riz rouge :
des mesures d'interdiction
en Europe
Rev Prescrire 2016 ;
36 (396) : 741.
Pdf, réservé aux abonnés

Citrus aurantium
(orange amère) :
risques cardiovasculaires
Rev Prescrire 2015 ;
35 (376) : 110.
Pdf, réservé aux abonnés

Ginkgo biloba : balance
bénéfices-risques jugée
défavorable par
la Commission d'AMM
Rev Prescrire 2014 ;
34 (365) : 181.
Pdf, réservé aux abonnés

Cimicifuga : transplantation
hépatique
Rev Prescrire 2013 ;
33 (351) : 25.
Pdf, réservé aux abonnés


À découvrir :

Tous les Articles en Une
depuis 2002
Accès libre >