prescrire.org > Tous les articles en Une > Les articles en Une depuis 2002 : 2021 > Vaccination papillomavirus : utile aussi chez les hommes jeunes

Article en Une : Archives

Chaque mois, la Rédaction publie des informations en accès libre.

2021 : 1 | 30 | 60

Vaccination papillomavirus : utile aussi chez les hommes jeunes

Le vaccin papillomavirus à 9 valences (Gardasil 9°) a probablement une balance bénéfices-risques favorable chez les hommes les plus à risque de cancer lié à un papillomavirus.

Les infections à certains papillomavirus humains (HPV) sont sexuellement transmissibles. Le plus souvent asymptomatiques, elles guérissent spontanément dans la majorité des cas. Elles sont parfois à l'origine de condylomes, petites lésions bénignes. Dans certains cas, ces infections sont la cause de lésions précancéreuses, plus fréquentes chez les patients immunodéprimés.

Début 2021, avec un recul d'une quinzaine d'années, l'efficacité des vaccins papillomavirus en prévention des cancers du col de l'utérus est très probable. Chez les hommes, le principal risque de cancer lié aux HPV est le cancer de l'anus chez ceux qui ont des rapports sexuels avec des hommes. En France, la vaccination papillomavirus est recommandée chez les hommes âgés de moins de 27 ans ayant des rapports sexuels avec des hommes, et chez tous les hommes âgés de 11 à 19 ans.

La vaccination des hommes réduit l'apparition de lésions précancéreuses de l'anus et vraisemblablement de cancers de l'anus. Dans les pays qui ont choisi d'étendre aux hommes cette vaccination, le recul est insuffisant pour connaître l'effet sur la transmission des papillomavirus et sur la fréquence chez les femmes des lésions précancéreuses et des cancers du col utérin.

Il n'est pas exclu que des vaccins papillomavirus exposent à un risque de syndrome de Guillain-Barré, de l'ordre de 1 cas pour 100 000 à 1 million de personnes vaccinées.

Début 2021, la vaccination papillomavirus a probablement une balance bénéfices-risques favorable chez les jeunes hommes qui ont des rapports sexuels avec des hommes, surtout si la vaccination est faite avant le début de l'activité sexuelle, ou au tout début de celle-ci. La vaccination généralisée aux hommes âgés de 11 à 19 ans permet de ne pas questionner l'orientation sexuelle.

©Prescrire 1er avril 2021

• Texte complet : 

"Vaccin papillomavirus chez les hommes" Rev Prescrire 2021 ; 41 (450) : 272-278. Réservé aux abonnés.

Je m'abonne à Prescrire
Partager
Partager sur Facebook Partager sur Twitter


Voir aussi :

Vaccin papillomavirus
(Gardasil°, Cervarix°) :
moins de lésions
précancéreuses
(Juin 2019)
Accès libre

Vaccins papillomavirus
(Gardasil°, Cervarix°)
(Mars 2019)
Accès libre


À découvrir :

Tous les Articles en Une
depuis 2002
Accès libre >