prescrire.org > Tous les articles en Une > Les articles en Une depuis 2002 : 2021 > Réaction anaphylactique : traiter en urgence

Article en Une : Archives

Chaque mois, la Rédaction publie des informations en accès libre.

2021 : 1 | 30 | 60

Réaction anaphylactique : traiter en urgence

Une réaction anaphylactique est une urgence à traiter sans délai par injection intramusculaire d'adrénaline.

La réaction anaphylactique est une réaction de type allergique avec vasodilatation et constriction des muscles lisses, comme ceux des bronches. C'est une urgence à traiter sans délai. Dans les formes les plus graves, la mort peut survenir en quelques minutes en raison d'un angiœdème de la gorge provoquant une asphyxie ou en raison d'un choc anaphylactique à l'origine d'une défaillance cardiocirculatoire.

Certaines situations sont à risque accru de réactions anaphylactiques : antécédent de réaction anaphylactique, asthme sévère ou mal contrôlé, affections cardiovasculaires, prise de médicament connu pour exposer à des allergies graves (anti-inflammatoires non stéroïdiens, certains médicaments cardiovasculaires, etc.).

Des lésions étendues d'urticaire ou la survenue d'un œdème au niveau du cou, du visage, de la langue ou des lèvres sont évocatrices d'un risque de réaction anaphylactique, qui justifient de rechercher la présence de troubles respiratoires ou cardiovasculaires (difficulté à respirer, hypotension artérielle importante, baisse du tonus musculaire, syncope), ou de douleurs abdominales et vomissements quelques minutes à quelques heures après le contact avec un allergène identifié.

En cas de réaction anaphylactique, les premières mesures d'urgence à mettre en place sont : supprimer si possible l'exposition à l'allergène ; s'assurer que les voies aériennes sont libres ; appeler le 15 (urgences médicales en France). L'oxygène est surtout utile chez les patients avec détresse respiratoire. L'état de conscience, la fréquence cardiaque et la ventilation du patient allongé jambes surélevées sont à vérifier régulièrement jusqu'à l'arrivée des secours. L'adrénaline est administrée sans délai par voie intramusculaire. Son administration justifie ensuite un transport médicalisé en milieu hospitalier. Il est utile que chaque patient présentant un risque élevé de récidive dispose d'adrénaline en auto-injecteur, dont le fonctionnement est à expliquer au patient et à son entourage, pour éviter les erreurs.

©Prescrire 1er avril 2021

• Texte complet : 

"Traitement d'une réaction anaphylactique" Rev Prescrire 2021 ; 41 (450) : 282-283. Réservé aux abonnés.

Je m'abonne à Prescrire
Partager
Partager sur Facebook Partager sur Twitter


Voir aussi :

Adrénaline intramusculaire
à 500 microg - Emerade°
Rev Prescrire 2017 ;
37 (407) : 651.
Pdf, réservé aux abonnés

Epipen° : auto-injecteur
d'adrénaline en ville
Rev Prescrire 2014 ;
34 (374) : 900.
Pdf, réservé aux abonnés

Adrénaline en auto-injecteurs :
éviter de substituer et bien
expliquer l'utilisation
Rev Prescrire 2013 ;
33 (353) : 185.
Pdf, réservé aux abonnés

Adrénaline en situation
d'urgence : bien maîtriser
les auto-injecteurs
(Mars 2013)
Accès libre


À découvrir :

Tous les Articles en Une
depuis 2002
Accès libre >