prescrire.org > Tous les articles en Une > Les articles en Une depuis 2002 : 2021 > Vasoconstricteurs décongestionnants : risque de neuropathies optiques

Article en Une : Archives

Chaque mois, la Rédaction publie des informations en accès libre.

2021 : 1 | 30 | 60 | 90 | 120

Vasoconstricteurs décongestionnants : risque de neuropathies optiques

Les neuropathies optiques sont un autre effet indésirable des médicaments vasoconstricteurs destinés à soulager une obstruction nasale passagère.

Les vasoconstricteurs décongestionnants par voie nasale ou orale exposent à des ischémies (insuffisances de circulation sanguine) tissulaires liées à la vasoconstriction qu'ils provoquent au-delà du nez.

En 2020, l'Agence européenne du médicament (EMA) a décidé de mentionner les neuropathies optiques ischémiques dans les informations officielles des spécialités orales à base de pseudoéphédrine, un vasoconstricteur utilisé comme décongestionnant nasal (disponible en France en association dans Dolirhume paracétamol et pseudoéphédrine° ou autre). La décision a été fondée sur la base de notifications et d'observations publiées et de la connaissance d'ischémies d'autres territoires vasculaires. Les troubles cliniques sont une perte rapide de la vision, d'un œil le plus souvent, qui s'installe en quelques heures à quelques jours.

Des neuropathies optiques ischémiques sont rapportées avec d'autres sympathomimétiques, y compris par voie nasale. Ainsi, un cas a été rapporté de vue floue puis de perte définitive du champ visuel inférieur chez une femme âgée après avoir utilisé un spray nasal à base d'oxymétazoline (Aturgyl°, Pernazène°).

La localisation oculaire s'ajoute aux ischémies de la peau et des muqueuses, des organes abdominaux telles les colites ischémiques, du cœur, du système nerveux central ou des reins, liées aux vasoconstricteurs décongestionnants. Des effets indésirables disproportionnés de médicaments destinés à soulager une obstruction nasale passagère.

©Prescrire 1er juin 2021

• Texte complet : 

"Vasoconstricteurs décongestionnants : neuropathies optiques ischémiques" Rev Prescrire 2021 ; 41 (452) : 427. Réservé aux abonnés.

Je m'abonne à Prescrire
Partager
Partager sur Facebook Partager sur Twitter


Voir aussi :

"Médicaments à écarter
pour mieux soigner :
bilan 2021. 
Pneumologie - ORL"
(Décembre 2020)
Accès libre

"Décongestionnants
rhinopharyngés et accidents
cardiovasculaires :
l'ANSM informe, sans retirer
du marché"
Rev Prescrire 2020 ;
40 (437) : 184.
Pdf, réservé aux abonnés

"Le rhume guérit seul"
Fiche Infos-Patients Prescrire 
Pdf, réservé aux abonnés,
à remettre aux patients



À découvrir :

Tous les Articles en Une
depuis 2002
Accès libre >