prescrire.org > Tous les articles en Une > Les articles en Une depuis 2002 : 2021 > Stratégies anticopies nocives

Article en Une : Archives

Chaque mois, la Rédaction publie des informations en accès libre.

2021 : 1 | 30 | 60 | 90 | 120

Stratégies anticopies nocives

 Point de vue  Des stratégies "anticopies" peuvent être déployées par des firmes pharmaceutiques à l'échéance des dispositions qui leur assurent l'exclusivité de la vente d'un médicament princeps. Un procédé qui protège les intérêts de la firme, mais parfois aux dépens des patients.

À l'échéance des dispositions qui assurent à une firme l'exclusivité de la vente d'un médicament princeps, celui-ci devient souvent concurrencé par des copies sur le marché. En réaction, certaines firmes développent des stratégies anticopies. Il peut s'agir d'un dérivé présenté comme un progrès, tel l'escitalopram (Seroplex°), en fait seulement un énantiomère de l'antidépresseur citalopram (Seropram°). Ou d'une nouvelle formulation du princeps, comme avec Coversyl° (à base de périndopril, un inhibiteur de l'enzyme de conversion), dont l'expression du dosage a changé sur les étiquetages, le distinguant, à tort, des copies, alors que princeps et copies contiennent la même quantité de médicament.

Les stratégies anticopies ont parfois peu de conséquences sur la qualité des soins. Rarement, il arrive même que cela engendre un petit progrès, dont on peut cependant déplorer le retard : par exemple, la mise à disposition d'un "kit d'initiation" de Xarelto° (à base de rivaroxaban, un anticoagulant) qui contient les deux dosages nécessaires à une augmentation progressive de la dose.

Mais il arrive aussi qu'une stratégie anticopie s'avère nocive pour les patients. Par exemple, par risque de surdoses ou de sous-doses du fait du remplacement du dosage de la spécialité princeps Trisenox°, dont les copies de l'ancien dosage arrivent sur le marché, avec comme conséquence la coexistence des dosages à 1 mg/ml et à 2 mg/ml de trioxyde d'arsenic (texte complet à télécharger ci-dessous). Par baisse d'efficacité, du fait de confusions entre les modalités de prises des comprimés d'acide risédronique pelliculés copiés, à prendre à jeun, et les comprimés gastrorésistants du princeps Actonel°, à prendre après le petit-déjeuner (texte complet à télécharger ci-dessous).

Un procédé qui protège les intérêts de la firme, mais aux dépens des patients.

©Prescrire 1er juillet 2021

• Textes complets :

"Stratégies anticopies nocives" Rev Prescrire 2021 ; 41 (453) : 484. Accès libre

"Trioxyde d'arsenic : princeps Trisenox° deux fois plus dosé que les copies - En bref" Rev Prescrire 2021 ; 41 (453) : 503-504. Réservé aux abonnés.

"Actonel° 35 mg comprimés gastrorésistants : une stratégie anti-génériques source d'erreurs" Rev Prescrire 2021 ; 41 (453) : 502-503. Réservé aux abonnés.

Je m'abonne à Prescrire
Partager
Partager sur Facebook Partager sur Twitter


Pour en savoir plus :


"Trioxyde d'arsenic : princeps
Trisenox° deux fois plus dosé
que les copies - En bref"
Rev Prescrire 2021 ;
41 (453) : 503-504.
Pdf, réservé aux abonnés

"Actonel° 35 mg comprimés
gastrorésistants : une stratégie
anti-génériques source d'erreurs"
Rev Prescrire 2021 ;
41 (453) : 502-503.
Pdf, réservé aux abonnés


À découvrir :

Tous les Articles en Une
depuis 2002
Accès libre >