prescrire.org > Tous les articles en Une > Les articles en Une depuis 2002 : 2021 > Corticoïdes en application cutanée : un sevrage éprouvant pour certains patients

Article en Une : Archives

Chaque mois, la Rédaction publie des informations en accès libre.

2021 : 1 | 30 | 60 | 90 | 120

Corticoïdes en application cutanée : un sevrage éprouvant pour certains patients

Le sevrage des corticoïdes appliqués sur la peau peut avoir des répercussions psychologiques et sociales sévères pendant plusieurs mois, voire années. Une donnée à prendre en compte avant de démarrer un tel traitement.

Les corticoïdes en application cutanée, alias dermocorticoïdes, sont des médicaments de choix pour réduire les symptômes de diverses affections cutanées chroniques telles que l'eczéma atopique, le psoriasis, la dermatite séborrhéique. Leur application dure souvent plusieurs années, avec augmentation des doses pour pallier une recrudescence des lésions cutanées, parfois causée par le dermocorticoïde.

Après l'arrêt d'applications quotidiennes prolongées, des patients témoignent de symptômes de rebond et d'aggravation des lésions sur des zones cutanées jusqu'alors non traitées par dermocorticoïde. Par exemple : une peau rouge et chaude, des sensations de brûlure, des démangeaisons intenses, des suintements, des troubles généraux comme une grande fatigue. L'aspect inesthétique des lésions cutanées, la douleur ou l'inconfort associés au sevrage des dermocorticoïdes perdurent pendant plusieurs mois à plusieurs années après l'arrêt, avec des répercussions psychologiques et sociales parfois sévères.

Ces témoignages incitent à dialoguer avec les patients sur les contreparties de l'efficacité initiale des dermocorticoïdes avant de démarrer un traitement par dermocorticoïde, et à envisager avec eux des alternatives thérapeutiques, voire à s'abstenir d'un tel traitement.

Quand un traitement par dermocorticoïde est décidé en connaissance de cause, un dermocorticoïde d'activité adaptée (la moins forte possible) pour une durée courte est à préférer. Une réduction progressive des doses est à proposer aux patients dès lors que l'application de dermocorticoïde dépasse une semaine.

©Prescrire 1er juillet 2021

• Texte complet : 

"Difficultés rencontrées à l'arrêt d'un dermocorticoïde : témoignages de patients" Rev Prescrire 2021 ; 41 (453) : 509-511. Réservé aux abonnés.

Je m'abonne à Prescrire
Partager
Partager sur Facebook Partager sur Twitter


Voir aussi :

"Eczéma atopique"
Premiers Choix Prescrire
Pdf, réservé aux abonnés

"Soins de l'eczéma atopique
de l'enfant"
Fiche Infos-Patients Prescrire 
Pdf, réservé aux abonnés,
à remettre aux patients


"Dermatite séborrhéique
chez un adulte"
Premiers Choix Prescrire
Pdf, réservé aux abonnés

"Syndrome du visage rouge :
mettre un nom grâce
aux réseaux sociaux"
Rev Prescrire 2020 ;
40 (446) : 955.
Pdf, réservé aux abonnés

"Durée et arrêt d'un traitement
par dermocorticoïde.
Limiter la durée et,
par prudence, réduire
progressivement les doses"
Rev Prescrire 2020 ;
40 (442) : 611-612.
Pdf, réservé aux abonnés

"Des chiffres et des mots"
(Juillet 2021)
Accès libre


À découvrir :

Tous les Articles en Une
depuis 2002
Accès libre >