prescrire.org > Tous les articles en Une > Les articles en Une depuis 2002 : 2021 > Un médicament (Mavenclad°) devient remboursé après un lobbying efficace de la firme

Article en Une : Archives

Chaque mois, la Rédaction publie des informations en accès libre.

2021 : 1 | 30 | 60 | 90 | 120

Un médicament (Mavenclad°) devient remboursé après un lobbying efficace de la firme

La troisième démarche de la firme a été la bonne : la cladribine (Mavenclad°) est désormais remboursée, après deux rejets, sans apport de nouvelles données à l'appui de ce revirement.

Fin 2018, la Commission de la transparence de la Haute autorité de santé (HAS) avait conclu à un service médical rendu (SMR) "insuffisant" de la cladribine (Mavenclad°) par voie orale chez les patients atteints d'une forme très active de sclérose en plaques évoluant par poussées. Ce niveau de SMR conduisait à l'absence de remboursement par la Sécurité sociale.

En février 2020, une nouvelle demande de la firme a été examinée par la Commission de la transparence. Selon le verbatim de la réunion, le rapporteur du dossier a reconnu l'absence de nouvelles données. Il a expliqué qu'« un des arguments apportés par la firme, c'est la place [de la cladribine] dans la stratégie [thérapeutique] », une stratégie qui serait sur le point de changer, tout en précisant que le changement n'était pas pour tout de suite, et que les résultats des essais en cours seront disponibles « d'ici 3 ou 4 ans ». À l'issue de cette réunion, le vote des membres de la Commission a confirmé le SMR "insuffisant".

Trois mois plus tard, le dossier a été réexaminé à la demande de la firme, auditionnée à cette occasion avec un neurologue qu'elle a mandaté. Ce neurologue a développé à nouveau l'argument « [d'] une place particulière » de la cladribine dans la stratégie thérapeutique, sans étayer ses affirmations. Il a aussi fait valoir que le remboursement de la cladribine orale est « une demande forte de la part de l'ensemble des centres de ressource et de compétence sclérose en plaques ».

Sur la base de cet avis personnel d'expert mandaté par la firme, la Commission a finalement octroyé un SMR "faible" à la cladribine, sans apport de donnée supplémentaire, ouvrant la possibilité d'un remboursement à 15 % par la Sécurité sociale (et à 100 % dans le cadre des affections de longue durée).

Dommage pour les fonds de la solidarité collective.

©Prescrire 1er juillet 2021

• Texte complet : 

"Les coulisses d’un revirement sur le remboursement de la cladribine : insistances et influences" Rev Prescrire 2021 ; 41 (453) : 505. Réservé aux abonnés.

Je m'abonne à Prescrire
Partager
Partager sur Facebook Partager sur Twitter


À découvrir :

Tous les Articles en Une
depuis 2002
Accès libre >