prescrire.org > Tous les articles en Une > Les articles en Une depuis 2002 : 2022 > Bilan Prescrire 2021 : des médicaments à retenir pour mieux soigner

Article en Une : Archives

Chaque mois, la Rédaction publie des informations en accès libre.

2022 : 1 | 30 | 60

Bilan Prescrire 2021 : des médicaments à retenir pour mieux soigner

Le bilan Prescrire pour mieux soigner permet de retenir les médicaments apportant une amélioration chez certains patients.

En janvier, Prescrire fait un bilan d'une trentaine de pages des conclusions des centaines d'analyses et de synthèses publiées dans la revue au fil des mois de l'année écoulée, classées par domaine : les médicaments à retenir, ou au contraire à écarter, ainsi que les éléments permettant de mieux soigner de nombreuses situations cliniques et de mieux cerner les risques des traitements. Plusieurs médicaments ont une place à retenir dans certaines situations cliniques, en tenant compte de leurs effets indésirables.

Voici quelques exemples :

  • Chez les patients atteints d'un cancer de la prostate non métastasé résistant à la castration, la durée de vie est allongée avec l'ajout d'apalutamide (Erleada°) ou d'enzalutamide (Xtandi°).
     
  • Chez les patients en insuffisance cardiaque chronique, la dapagliflozine (Forxiga°) réduit le risque de complications et peut-être de mourir, au prix cependant d'effets indésirables parfois graves.
     
  • Chez les personnes en surdose d'opioïde, la naloxone par voie nasale, à nouveau disponible sous le nom Nyxoid°, est un antidote utile.
     
  • Chez les patients en hypoglycémie avec perte de conscience, le glucagon par voie nasale (Baqsimi°) est plus pratique que les formes injectables.
     
  • Chez les patients souffrant d'une hypertension intraoculaire, la brimonidine (Brimazed°) est devenu disponible en collyre unidose sans conservateur.
     
  • Chez les patients infectés par le HIV, l'association du cabotégravir (Vocabria°) avec la rilpivirine en injections intramusculaires (Rekambys°) mensuelles ou tous les deux mois est une alternative aux bithérapies par voie orale.
     
  • Chez les jeunes femmes, le vaccin papillomavirus à 4 valences semble diminuer de deux tiers environ le risque de cancer invasif du col de l'utérus.

©Prescrire 1er janvier 2022

• Texte complet : 

"Pour mieux soigner : enrichir et mettre à jour ses choix thérapeutiques. Le tri 2021" Rev Prescrire 2022 ; 41 (459) : 29-56. Réservé aux abonnés.

Je m'abonne à Prescrire
Partager
Partager sur Facebook Partager sur Twitter


Voir aussi :

"Bilan Prescrire 2021 :
des solutions
pour mieux soigner"
(Janvier 2022)
Accès libre

"Bilan Prescrire 2021 :
pour mieux soigner
les patients"
(Janvier 2022)
Accès libre

"À retenir"
(Janvier 2022)
Accès libre


À découvrir :

Tous les Articles en Une
depuis 2002
Accès libre >