prescrire.org > Tous les articles en Une > Les articles en Une depuis 2002 : 2022 > Contraception orale : estétrol + drospirénone (Drovelis°), une association à écarter

Article en Une : Archives

Chaque mois, la Rédaction publie des informations en accès libre.

2022 : 1 | 30 | 60 | 90 | 120

Contraception orale : estétrol + drospirénone (Drovelis°), une association à écarter

L'association d'estétrol avec la drospirénone (Drovelis°) est une énième association estroprogestative commercialisée en France comme contraceptif par voie orale. L'évaluation insuffisante de l'estétrol et les effets indésirables de la drospirénone incitent à écarter cette association.

Une nouvelle association estroprogestative, estétrol + drospirénone (Drovelis°), a été autorisée dans l'Union européenne comme contraceptif par voie orale. Il s'agit du premier médicament autorisé contenant cet estrogène.

Les risques de ce nouvel estrogène sont mal connus et son évaluation clinique au sein de cette association n'a pas été conçue pour démontrer un progrès en matière d'efficacité contraceptive ni pour connaître ses effets indésirables. L'efficacité contraceptive de l'association estétrol + drospirénone a semblé du même ordre de grandeur que celle rapportée avec d'autres contraceptifs hormonaux par voie orale dans des essais cliniques non comparatifs.

Au sein d'une association estroprogestative, le progestatif drospirénone a une balance bénéfices-risques défavorable car il expose à des troubles du rythme cardiaque et à plus de thromboses que d'autres progestatifs, sans avantage démontré en contrepartie.

Outre les effets indésirables de la drospirénone, le profil prévisible d'effets indésirables de l'association estétrol + drospirénone est celui des associations estroprogestatives notamment : modifications du poids, troubles gynécologiques, douleurs mammaires, dépressions, accidents thromboemboliques, hypertensions artérielles, hyperglycémies et hyperlipidémies.

Pour une contraception estroprogestative par voie orale, le premier choix est une association éprouvée d'éthinylestradiol avec du lévonorgestrel.

©Prescrire 1er juin 2022

• Texte complet : 

"Estétrol + drospirénone (Drovelis°) et contraception orale" Rev Prescrire 2022 ; 42 (464) : 405-408. Réservé aux abonnés.

Je m'abonne à Prescrire
Partager
Partager sur Facebook Partager sur Twitter


Voir aussi :

"Contraception"
Premiers Choix Prescrire
Pdf, réservé aux abonnés

"Choisir une pilule
estroprogestative"
Fiche Infos-Patients Prescrire 
Pdf, réservé aux abonnés,
à remettre aux patients


"Contraception progestative
par voie orale : le lévonorgestrel
est-il encore le premier
choix en 2021 ?"
Rev Prescrire 2021 ;
41 (454) : 629-631.
Pdf, réservé aux abonnés

"Pilules de 3e génération :
première étape franchie
vers un procès pénal"
Rev Prescrire 2021 ;
41 (453) : 546.
Pdf, réservé aux abonnés


À découvrir :

Tous les Articles en Une
depuis 2002
Accès libre >