prescrire.org > Tous les articles en Une > Les 100 derniers > Projet de grossesse : prévoir plusieurs mois de contraception après l'arrêt de certains médicaments

Article en Une

Chaque mois, la Rédaction publie des informations en accès libre.

Les 100 derniers :  1 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | 90

Projet de grossesse : prévoir plusieurs mois de contraception après l'arrêt de certains médicaments

L'utilisation de médicaments dangereux pour l'embryon justifie une contraception efficace pendant parfois plusieurs mois après leur arrêt, en cas de projet de grossesse.

Au cours du premier trimestre de grossesse, l'acide mycophénolique (Myfortic°) expose à des avortements spontanés chez environ 1 femme sur 2 et à des malformations congénitales graves chez environ un quart des enfants exposés (anomalies des oreilles, des yeux, de la face, du cœur, des membres, etc.). En cas d'exposition paternelle, les données sont rares et un risque d'atteinte des spermatozoïdes n'est pas exclu. Pour limiter tout risque pour l'enfant à naître, une contraception efficace est à assurer pendant au moins 6 mois chez les femmes et 3 mois chez les hommes après arrêt du traitement et avant conception.

Comme pour cet exemple, il est important d'anticiper un projet de grossesse avec les patientes et leurs partenaires qui prennent des médicaments dangereux pour l'enfant à venir. Après arrêt du traitement, une contraception efficace doit être assurée avant conception durant un délai tenant compte du temps d'élimination du médicament, du temps de correction de déficits particulièrement en fer ou en acide folique, et du temps de mise à l'abri d'atteintes éventuelles des cellules reproductrices (ovocytes et spermatozoïdes). Ce délai est variable et peut être très long : de 1 mois jusque 3 ans après arrêt de certains traitements pour l'acné (rétinoïdes), un an et demi avec l'amiodarone (Cordarone° ou autre), 1 mois pour les vaccins dits vivants atténués (rubéole, fièvre jaune, tuberculose, varicelle), 3 à 6 mois pour les médicaments génotoxiques, tels des médicaments cytotoxiques. Ces recommandations ne sont malheureusement pas toujours retrouvées dans toutes les notices des médicaments concernés.

©Prescrire 1er juin 2022

• Texte complet : 

"Quel délai entre l'arrêt d'un médicament et le début d'une grossesse ? Les éléments-clés de réponse sans s'arrêter aux RCP" Rev Prescrire 2022 ; 42 (464) : 432-433. Réservé aux abonnés.

Je m'abonne à Prescrire
Partager
Partager sur Facebook Partager sur Twitter


Voir aussi :

"Et si je devenais enceinte ?..."
Rev Prescrire 2022 ;
42 (462) : 241.
Pdf, accès libre

"Questionner sa pratique -
grossesse et risque
médicamenteux :
pendant et aussi avant"
Rev Prescrire 2021 ;
41 (447) : 65-70.
Pdf, réservé aux abonnés


À découvrir :

Tous les Articles en Une
depuis 2002
Accès libre >