prescrire.org > Tous les articles en Une > Les articles en Une depuis 2002 : 2022 > Obésité chez les adolescents : ne pas compter sur le liraglutide (Saxenda°)

Article en Une : Archives

Chaque mois, la Rédaction publie des informations en accès libre.

2022 : 1 | 30 | 60 | 90 | 120

Obésité chez les adolescents : ne pas compter sur le liraglutide (Saxenda°)

Le liraglutide (Saxenda°) entraîne une baisse de poids de quelques kilogrammes en moyenne après environ un an de traitement, repris en partie à l'arrêt du traitement. Ses effets indésirables disproportionnés justifient d'écarter ce médicament chez les adolescents.

Chez les enfants, la définition de l'obésité n'est pas consensuelle. En France, les courbes de corpulence habituellement utilisées sont des références, et non des normes. La réduction du poids des personnes atteintes d'obésité repose avant tout sur une prise en charge globale, comportant des mesures diététiques adaptées, de l'exercice physique régulier, et un soutien personnalisé. Aucun médicament n'a d'efficacité démontrée pour réduire les complications cliniques de l'obésité à court terme (diabète, troubles articulaires) et à long terme (notamment accidents cardiovasculaires et arthroses).

L'autorisation de mise sur le marché du liraglutide (Saxenda°) chez les adolescents atteints d'obésité repose sur un seul essai comparatif, versus placebo, chez environ 250 adolescents, pesant en moyenne 100 kg avec un indice de masse corporelle (IMC) moyen de 35,6 kg/m2. Après environ 1 an de traitement, l'indice de masse corporelle a été réduit d'environ 1,6 kg/m2 dans le groupe liraglutide par rapport au placebo, soit une différence moyenne de poids de 5 kg. Après l'arrêt du traitement, l'effet du liraglutide s'est estompé. Un effet du liraglutide sur les complications cliniques liées à l'obésité n'est pas démontré.

Le liraglutide expose notamment à des effets indésirables digestifs (nausées, vomissements, diarrhées, obstructions intestinales), des hypoglycémies, des pancréatites, des lithiases biliaires, des insuffisances rénales, des tachycardies ainsi qu'à des réactions au site d'injection. Il est tératogène chez l'Animal. Une augmentation du risque d'avortement spontané a été mise en évidence avec le liraglutide au cours des essais chez les adultes.

Chez les adolescents, certains risques sont mal cernés, notamment d'idées suicidaires et de suicide.

©Prescrire 1er juillet 2022

• Texte complet : 

"Liraglutide (Saxenda°) et obésité chez les adolescents" Rev Prescrire 2022 ; 42 (465) : 490-491. Réservé aux abonnés.

Je m'abonne à Prescrire
Partager
Partager sur Facebook Partager sur Twitter


Voir aussi :

"Obésité : quelques
repères pour accompagner
les patients"
(Mai 2022)
Accès libre

"Traitement de l'obésité :
ne pas compter"
sur les médicaments
(Mars 2021)
Accès libre


À découvrir :

Tous les Articles en Une
depuis 2002
Accès libre >