prescrire.org > Tous les articles en Une > Les articles en Une depuis 2002 : 2022 > Thrombose veineuse profonde d'un membre inférieur : traitement

Article en Une : Archives

Chaque mois, la Rédaction publie des informations en accès libre.

2022 : 1 | 30 | 60 | 90 | 120

Thrombose veineuse profonde d'un membre inférieur : traitement

En cas de thrombose d'une veine profonde limitée au mollet, une surveillance clinique sans traitement anticoagulant, avec contrôle échographique une à deux semaines après sa mise en évidence, est une option parfois envisageable.

Une thrombose veineuse profonde (alias phlébite profonde) est l'obstruction d'une veine profonde par un caillot sanguin. Elle expose à une embolie pulmonaire, parfois mortelle. Les signes cliniques évoquant une embolie pulmonaire à rechercher chez un patient ayant une thrombose veineuse profonde d'un membre inférieur sont : une difficulté à respirer de survenue très récente (depuis quelques secondes ou minutes) ; une brusque douleur thoracique ; une toux.

Les signes évocateurs d'une thrombose veineuse profonde au niveau d'un membre inférieur sont : un œdème ; une douleur ; une rougeur.

Un dosage de D-dimères et éventuellement une échographie-doppler permettent de préciser le diagnostic.

Les embolies pulmonaires et les thromboses veineuses profondes font suite aux mêmes événements déclenchants : chirurgie récente, notamment pour fracture du col fémoral, prothèse de hanche ou de genou ; traumatisme rachidien avec atteinte neurologique, neurochirurgie ; polytraumatisme ; cancer, avec un risque plus élevé en cas de chimiothérapie cytotoxique ; traumatisme ou contention plâtrée ; accident vasculaire cérébral ou autre cause de paralysie. Les voyages en avion augmentent les risques de thrombose veineuse et d'embolie pulmonaire, surtout quand le vol dure plus de 9 heures.

Un traitement par un anticoagulant est à mettre en place afin d'éviter l'extension de la thrombose et de prévenir les récidives, surtout quand la thrombose est au niveau de la cuisse. Le traitement anticoagulant repose, selon la situation clinique, sur : l'apixaban (Eliquis°) ; une héparine de bas poids moléculaire (HBPM) rapidement relayée par la warfarine (Coumadine°) ; une HBPM pendant plusieurs semaines, en l'absence d'insuffisance rénale.

Quand la thrombose est limitée au mollet, une surveillance clinique sans traitement anticoagulant, avec contrôle échographique une à deux semaines après sa mise en évidence, est une option parfois envisageable.

©Prescrire 1er juillet 2022

• Texte complet : 

"Thrombose veineuse profonde d'un membre inférieur" Rev Prescrire 2022 ; 42 (465) : 522-529. Réservé aux abonnés.

Je m'abonne à Prescrire
Partager
Partager sur Facebook Partager sur Twitter


Voir aussi :

"Questionner sa pratique :
mieux utiliser les anticoagulants
oraux et limiter les risques
d'accidents graves"
Rev Prescrire 2022 ;
42 (461) : 215-221.
Pdf, réservé aux abonnés


À découvrir :

Tous les Articles en Une
depuis 2002
Accès libre >