prescrire.org > Tous les articles en Une > Les articles en Une depuis 2002 : 2022 > Furoncles : les reconnaître et les traiter à bon escient

Article en Une : Archives

Chaque mois, la Rédaction publie des informations en accès libre.

2022 : 1 | 30 | 60 | 90 | 120

Furoncles : les reconnaître et les traiter à bon escient

La plupart des furoncles guérissent grâce à une évacuation spontanée du pus ou après incision, sans antibiotique. En complément d'une incision, une antibiothérapie par voie orale est proposée seulement quand l'infection s'étend au-delà du furoncle lui-même ou chez certains patients à risque de complications.

Un furoncle se manifeste en général par un nodule inflammatoire ferme et douloureux, au centre duquel se trouve un poil. La bactérie la plus souvent en cause de cette infection cutanée contagieuse est Staphylococcus aureus (alias staphylocoque doré). De taille variable, les furoncles se développent le plus souvent au niveau du visage, du cou, des fesses, des aines ou des aisselles.

Après quelques jours d'évolution, le furoncle devient mou et du pus s'évacue, souvent spontanément, par une ouverture de la lésion au niveau de la peau. En l'absence de traitement, la plupart des furoncles guérissent en 10 à 15 jours, sans complication autre qu'une cicatrice en creux. Les complications sont rares mais graves, notamment des endocardites.

Le traitement des furoncles en début d'évolution consiste en l'application de compresses humidifiées à l'eau tiède, accompagnée de mesures d'hygiène. Il vise à soulager la douleur et à accélérer l'évacuation du pus. En l'absence d'évacuation spontanée du pus, le traitement repose sur une incision au bistouri, éventuellement suivie d'un drainage du pus à l'aide d'une mèche de gaze. En cas de furoncle de petite taille, l'incision peut être effectuée en soins de premier recours.

L'application locale d'un antibiotique n'a pas d'intérêt démontré dans le des furoncles. Une antibiothérapie par voie orale est proposée, en complément d'une incision, seulement quand l'infection s'étend au-delà du furoncle lui-même ou chez certains patients à risque accru de complications (diabète, immunodépression). L'absence d'amélioration ou une aggravation justifie une réévaluation clinique sans tarder.

©Prescrire 1er juillet 2022

• Texte complet : 

"Furoncles. Quelques repères pour les reconnaître et les traiter à bon escient" Rev Prescrire 2022 ; 42 (465) : 517-521. Réservé aux abonnés.

Je m'abonne à Prescrire
Partager
Partager sur Facebook Partager sur Twitter


À découvrir :

Tous les Articles en Une
depuis 2002
Accès libre >