prescrire.org > Tous les articles en Une > Les articles en Une depuis 2002 : 2022 > Contraste

Article en Une : Archives

Chaque mois, la Rédaction publie des informations en accès libre.

2022 : 1 | 30 | 60 | 90 | 120

Contraste

 Point de vue  Il a fallu attendre 2022 pour que le midazolam injectable, un médicament utile en situation de soins palliatifs, soit disponible en officine. Quel contraste avec le flux de "nouveautés" inutiles et parfois dangereuses qui arrivent rapidement et sans obstacles en officine !

En situation de soins palliatifs, pour obtenir une sédation profonde et continue visant à apaiser les patients, le midazolam est la benzodiazépine de référence, en raison de ses effets hypnotiques et de ses propriétés pharmacologiques, en particulier sa bonne biodisponibilité par diverses voies d'administration. Elle a aussi l'avantage d'avoir une courte demi-vie d'élimination plasmatique.

Tout cela est connu depuis belle lurette. Et pourtant, il a fallu attendre 2021 pour que le midazolam soit autorisé dans cette situation en France, après des années d'utilisation hors autorisation. Réservé d'abord à un usage hospitalier, il a fallu attendre encore 2022 pour que ce médicament utile soit disponible en officine, alors des dizaines de milliers de patients seraient concernés chaque année par un accompagnement palliatif (lire "Midazolam injectable", ci-dessous).

Quel contraste avec le flux de “nouveautés” inutiles et parfois dangereuses qui arrivent rapidement et sans obstacles en officine ! Quelques exemples dans le numéro d'août 2022 de Prescrire : des sticks de paracétamol arôme caramel (Dolipraneliquiz°) dosés jusqu'à 1 g, à prendre sans eau, source de surdoses accidentelles (lire ci-contre) ; une teinture d'opium (Dropizal°), antique “soupe” de divers constituants du pavot, autorisée dans les diarrhées sévères (lire > ICI).

Certes, l'accès au midazolam n'était pas le seul frein à la mise en place d'une sédation profonde et continue à domicile. Rendre plus largement accessible une fin de vie digne à domicile demande des réflexions éthiques, diverses actions pratiques et une réelle volonté politique. Pourtant force est de constater, en comparaison, la facilité de commercialiser certaines spécialités pharmaceutiques plus dangereuses qu'utiles.

©Prescrire 1er août 2022

• Textes complets :

"Contraste" Rev Prescrire 2022 ; 42 (466) : 564. Accès libre.

"Midazolam injectable : en officine, pour la sédation en fin de vie" Rev Prescrire 2022 ; 42 (466) : 584-585. Réservé aux abonnés.

Je m'abonne à Prescrire
Partager
Partager sur Facebook Partager sur Twitter


Pour en savoir plus :

"Paracétamol granulés ou
suspension buvable en “sticks” :
attention aux surdoses
chez les enfants"
Rev Prescrire 2022 ;
42 (466) : 585.
Pdf, réservé aux abonnés

"Teinture d'opium : plus
dangereuse qu’utile"
(Août 2021)
Accès libre

Voir aussi :

"Fin de vie à domicile :
la sédation profonde
plus facile d’accès"
(Août 2021)
Accès libre


À découvrir :

Tous les Articles en Une
depuis 2002
Accès libre >