prescrire.org > Tous les articles en Une > Les articles en Une depuis 2002 : 2022 > Teinture d'opium : plus dangereuse qu'utile

Article en Une : Archives

Chaque mois, la Rédaction publie des informations en accès libre.

2022 : 1 | 30 | 60 | 90 | 120

Teinture d'opium : plus dangereuse qu'utile

Le retour sur le marché d'un tel mélange, connu depuis le 19e siècle mais qui avait été retiré en 2008, et alors que la ou les substances à l'origine de l'effet pharmacologique recherché sont connues et commercialisées par ailleurs, est une régression.

Les diarrhées sévères ont des causes diverses, notamment médicamenteuses, infectieuses, inflammatoires ou hormonales. Chez les adultes, les mesures à prendre sont d'abord traiter la cause si possible, adopter des mesures diététiques, porter attention à la déshydratation et mettre en place une réhydratation si nécessaire, et parfois prendre du lopéramide (Imodium° ou autre), un opioïde.

En France, une teinture d'opium (Dropizal° - Pharmanovia A/S) en solution buvable a été commercialisée début 2022 pour les diarrhées sévères chez les adultes, quand d'autres traitements ont eu une efficacité insuffisante.

La teinture d'opium est un mélange extrait du pavot (Papaver somniferum L.) qui contient diverses substances à des concentrations variables, notamment des opioïdes (morphine, codéine, etc.) qui ont un effet constipant. Le retour sur le marché d'un tel mélange connu depuis le 19e siècle sous forme d'élixir parégorique, mais qui avait été retiré en 2008, et alors que la ou les substances à l'origine de l'effet pharmacologique recherché sont connues et commercialisées par ailleurs, est une régression. L'efficacité de cette teinture dans les diarrhées sévères n'a pas été évaluée dans des essais cliniques comparatifs.

La dose maximale quotidienne est de 120 gouttes, soit 60 mg de morphine. Cela correspond à des doses utilisées dans certaines douleurs sévères, ce qui expose à des effets indésirables parfois graves des opioïdes, notamment des : troubles digestifs ; troubles neuropsychiques ; dépressions respiratoires ; dépendances physiques et psychiques, abus et toxicomanie.

Que des agences du médicament valident une telle régression est inacceptable. Heureusement que la Commission de la transparence de la Haute autorité de santé (HAS) s'est opposée au remboursement de ce médicament plus dangereux qu'utile, ce qui devrait limiter son utilisation en France. Mais sans mettre à l'abri tous les patients.

©Prescrire 1er août 2022

• Texte complet : 

"Teinture d'opium (Dropizal°) et diarrhées sévères" Rev Prescrire 2022 ; 42 (466) : 567-568. Réservé aux abonnés.

Je m'abonne à Prescrire
Partager
Partager sur Facebook Partager sur Twitter


À découvrir :

Tous les Articles en Une
depuis 2002
Accès libre >