prescrire.org > Tous les articles en Une > Les articles en Une depuis 2002 : 2022 > Fin de vie à domicile : la sédation profonde plus facile d'accès

Article en Une : Archives

Chaque mois, la Rédaction publie des informations en accès libre.

2022 : 1 | 30 | 60 | 90 | 120

Fin de vie à domicile : la sédation profonde plus facile d'accès

Début 2022, le midazolam injectable est devenu disponible en officine. Une mesure bienvenue pour faciliter l'accès à ce médicament et la mise en œuvre d'une sédation en fin de vie à domicile.

En France, la loi Claeys-Leonetti de 2016 autorise les patients en fin de vie à demander la mise en œuvre d'une sédation profonde et continue maintenue jusqu'à la mort. Cela concerne les patients atteints d'une maladie grave et incurable dont le pronostic vital est engagé à court terme et dont la souffrance est réfractaire aux traitements ; et ceux dont la décision d'arrêter un traitement engage le pronostic vital à court terme et expose à une souffrance insupportable.

La mise en œuvre de la sédation suit des règles précises et collégiales. En France, en 2022, des freins persistent dans l'organisation de la sédation profonde et continue à domicile, principalement liés aux moyens logistiques, matériels et humains disponibles.

Le midazolam, une benzodiazépine, est le médicament de référence par voie intraveineuse ou sous-cutanée pour la sédation en fin de vie. Jusqu'à 2021, en France, le midazolam était utilisé hors autorisation de mise sur le marché (AMM) dans cette situation clinique et n'était disponible qu'à l'hôpital, avec rétrocession possible.

Mi-2022, en France, deux spécialités pharmaceutiques contenant du midazolam injectable (Midazolam Accord° et Midazolam Viatris°) sont disponibles en officine de ville, en plus de l'hôpital.

Lors de l'instauration du traitement par midazolam à domicile, il est recommandé par la Haute autorité de santé (HAS) que l'infirmière administre le médicament en présence du médecin qui a prescrit la sédation. Une fois le niveau de sédation souhaité atteint et le patient stabilisé, une surveillance des effets est préconisée au moins deux fois par jour par l'infirmière, et une fois par jour par le médecin.

Un médecin (le médecin qui accompagne le patient ou un médecin de soins palliatifs d'astreinte) et une infirmière « doivent être joignables 24h/24 ».

Le soutien des proches en contact permanent avec le patient est à prévoir, et l'aide de bénévoles d'accompagnement ou d'auxiliaires de vie peut leur être proposée. 

©Prescrire 1er août 2022

• Texte complet : 

"Midazolam injectable : en officine, pour la sédation en fin de vie" Rev Prescrire 2022 ; 42 (466) : 584-585. Réservé aux abonnés.

Je m'abonne à Prescrire
Partager
Partager sur Facebook Partager sur Twitter


Voir aussi :

"Vos droits pour la fin de vie"
Fiche Infos-Patients Prescrire 
Pdf, réservé aux abonnés,
à remettre aux patients
 
"Antalgie et sédation
en situations palliatives :
quelques informations utiles"
Rev Prescrire 2020 ;
40 (446) : 949.
Pdf, réservé aux abonnés
 
"La sédation profonde
et continue jusqu'au décès :
difficultés d'accès"
Rev Prescrire 2020 ;
40 (438) : 300-303.
Pdf, réservé aux abonnés
 
"Prescrire en questions :
sédation de fin de vie
et midazolam en ville
en France"
Rev Prescrire 2012 ;
32 (347) : 713.
Pdf, réservé aux abonnés


À découvrir :

Tous les Articles en Une
depuis 2002
Accès libre >