prescrire.org > Tous les articles en Une > Les articles en Une depuis 2002 : 2023 > Médicaments : plus faciles à autoriser qu'à retirer du marché

Article en Une : Archives

Chaque mois, la Rédaction publie des informations en accès libre.

2023 : 1 | 30 | 60

Médicaments : plus faciles à autoriser qu'à retirer du marché

Il est parfois difficile et long de retirer des médicaments dont la balance bénéfices-risques s'avère défavorable : une bonne raison d'évaluer solidement les médicaments avant de les mettre sur le marché.

De nombreuses autorisations de mise sur le marché (AMM) de médicaments, délivrées malgré une évaluation parcellaire, sont assorties de conditions telles que la réalisation d'essais cliniques ultérieurs : ce sont les AMM conditionnelles.

En 2011, l'hydroxyprogestérone intramusculaire (Makena°) a été autorisée par l'Agence étatsunienne du médicament (FDA) dans la prévention des récidives d'accouchement prématuré, sur la base d'un essai montrant une efficacité versus placebo dans cette indication. L'AMM a été accordée à la condition que soient produits des résultats montrant une efficacité sur les complications et la mortalité des nourrissons nés prématurément. L'essai mené dans ce but, terminé en 2018, n'a pas montré une telle efficacité. Dès 2016, des résultats d'essais cliniques montraient déjà cette absence d'efficacité.

Cependant, la firme cherche à faire durer l'utilisation de Makena° chez certaines femmes. La demande est relayée par une partie des médecins et de la population se percevant à risque élevé d'accouchement prématuré. La décision finale de retrait du marché de Makena°, qui revient à la direction de la FDA, est attendue en 2023 seulement.

Cette situation rappelle le retrait de l'AMM conditionnelle du bévacizumab (Avastin°) dans les cancers du sein aux États-Unis d'Amérique, qui a été fortement contesté par une partie des personnes concernées.

Dans les faits, si la FDA avait disposé en 2011 des résultats de l'essai clinique de Makena° publiés en 2019, elle n'aurait pas délivré d'AMM conditionnelle en 2011. Une excellente raison pour ne pas délivrer trop tôt des AMM, compte tenu aussi de la difficulté de les retirer ensuite.

Élaboré par la Rédaction
©Prescrire 1er avril 2023

• Texte complet : 

"AMM conditionnelle : plus facile à octroyer qu'à retirer" Rev Prescrire 2023 ; 43 (474) : 296. Accès libre.

Je m'abonne à Prescrire
Partager
Partager sur Facebook Partager sur Twitter


Voir aussi :

"amfépramone enfin retirée
du marché européen  !"
Rev Prescrire 2023 ;
43 (474) : 264.
Pdf, réservé aux abonnés
 
"méthocarbamol : l'ANSM
restreint son utilisation
au lieu d'un retrait du marché"
Rev Prescrire 2022 ;
42 (468) : 741.
Pdf, réservé aux abonnés
 
"pholcodine : en France,
la vente des médicaments
contenant de la pholcodine
enfin arrêtée !"
Rev Prescrire 2022 ;
42 (468) : 746.
Pdf, réservé aux abonnés
 
"Quelques dates clés
du désastre Mediator°"
Rev Prescrire 2021 ;
41 (454) : 611.
Pdf, réservé aux abonnés
 
"olaratumab : retrait
d'une AMM octroyée à tort"
Rev Prescrire 2019 ;
39 (434) : 943-944.
Pdf, réservé aux abonnés
 
"daclizumab : des morts
à cause d'une AMM injustifiée"
Rev Prescrire 2018 ;
38 (415) : 330.
Pdf, réservé aux abonnés
 

À découvrir :

Tous les Articles en Une
depuis 2002
Accès libre >