prescrire.org > Dans l'actualité > Dans l'actualité > Principaux signes cliniques connus évoquant une infection par Sars-CoV-2

Dans l'actualité

Le service "Dans l'actualité" de l'Application Prescrire aide les abonnés à se reporter à des textes Prescrire en lien avec certains faits d'actualité, pour partager avec les patients une information utile et fiable sur le sujet.

Principaux signes cliniques connus évoquant une infection par Sars-CoV-2

 Dans l'actualité  Mi-mai 2020, quels sont les principaux signes cliniques connus évocateurs d'une infection par le virus Sars‑CoV‑2 (maladie dénommée covid-19), justifiant de rechercher ce coronavirus par un test PCR ?

L'infection par le virus Sars-CoV-2 justifie d'accompagner les patients, ainsi que leur entourage, dans la mise en œuvre de précautions pour éviter de transmettre ce coronavirus. Une surveillance pour repérer précocement une éventuelle aggravation est aussi justifiée. Mi-mai 2020, quels sont les principaux signes cliniques connus d'infection par le virus Sars-CoV-2 cause de la maladie dénommée covid-19, justifiant une recherche du virus par test PCR ?

Quand elle est symptomatique et "typique", une infection par Sars-CoV-2 se manifeste souvent par une infection respiratoire aiguë, avec de la fièvre, de la toux, des expectorations et plus rarement des difficultés à respirer. Chez certains patients, d'autres troubles précèdent parfois la fièvre et les troubles respiratoires, voire sont les seules manifestations cliniques de la maladie. Ainsi parmi les 1 001 adultes âgés de 18 ans à 60 ans ayant séjourné sur un navire militaire français, et dont l'infection par Sars-CoV-2 a été confirmée, 64 % des patients n'ont pas eu de toux, 55 % n'ont pas eu de fièvre, 8 % ont eu des symptômes sans toux ni fièvre, et 13 % n'ont eu aucun symptôme. Les autres signes cliniques mentionnés par 36 % à 57 % des patients ont été, par ordre décroissant de fréquence : une perte de l'odorat, des maux de tête, une perte du goût, une fatigue, des douleurs musculaires, une rhinite. Environ 15 % de ces patients ont signalé des douleurs à la déglutition, une douleur thoracique ou une diarrhée.

En outre, le Haut conseil de la santé publique (HCSP) français propose d'évoquer aussi une infection par Sars-CoV-2 chez les adultes et chez les enfants en présence d'un des signes suivants, surtout quand ils sont d'apparition brusque : fatigue inexpliquée ; douleurs musculaires inexpliquées ; maux de tête inhabituels.

Les troubles du goût ou de l'odorat, sans rhinite associée, de survenue brutale et allant jusqu'à la disparition de ces sens, sont fréquents chez les patients infectés par le Sars-Cov-2. Dans une étude chez 417 patients, les troubles de l'odorat sans rhinite sont apparus avant d'autres symptômes ORL chez 12 % des patients infectés par le Sars-CoV-2.

Selon une étude menée en France chez des personnes âgées de plus de 70 ans et infectées par le Sars-CoV-2, la fièvre et les troubles respiratoires sont moins souvent rapportés chez les personnes âgées que chez des personnes plus jeunes. Chez les personnes âgées, des cas de covid-19 se sont manifestés par la survenue brutale de : nausées, vomissements, diarrhées, altération de l'état général, chutes répétées, syndromes confusionnels, décompensation d'une maladie chronique.

Des pseudo-engelures des extrémités ont été rapportées en France au cours du printemps 2020, en nombre élevé vu les conditions climatiques. Quand elles ont été associées à des manifestations cliniques de covid-19, elles sont survenues tardivement. Par exemple, dans une série de 84 patients ayant eu des pseudo-engelures, environ la moitié avaient eu dans les 8 à 15 jours précédents des troubles évocateurs d'une infection par Sars-CoV-2, peu intenses. Sur la base de ces données, le HCSP a estimé qu'une pseudo-engelure attire « l'attention », même si un lien avec la maladie covid-19 n'est pas à ce jour démontré.

Dans un contexte de circulation du virus Sars-CoV-2, ces divers troubles, à l'exception des pseudo-engelures sans d'autres signes cliniques, sont des arguments pour effectuer un test diagnostique de covid-19 par recherche du coronavirus par PCR sur prélèvement de sécrétions respiratoires, tout en prenant en compte les performances diagnostiques de ces tests (lire > ICI et > ICI). Mi-2020, leur sensibilité est moyenne voire faible (avec alors beaucoup de faux négatifs), notamment quand le test est effectué plus de 7 jours après le début des symptômes. Aussi, un test négatif ne permet pas d'exclure en confiance un covid-19, surtout quand les signes cliniques, voire radiologiques, sont évocateurs d'une telle infection. Au 15 mai 2020, ni le Centre national de référence des virus des infections respiratoires (CNR), ni les autorités françaises, n'ont publié en détail les performances des tests validés.

Par ailleurs, les anticorps dirigés contre le Sars-CoV-2 mettant plusieurs jours à apparaître après le début d'une infection, les tests sérologiques, dont l'objectif est de rechercher ces anticorps, ne sont pas utiles dans les premiers jours de l'infection. La Haute autorité de santé (HAS) française propose de ne pas effectuer de sérologie avant 7 jours en cas de signes de gravité, et pas avant 14 jours en l'absence de tels signes.

©Prescrire 15 mai 2020

Sources :

  • HCSP "Avis relatif aux signes cliniques d'orientation diagnostique du Covid-19" 20 avril 2020 : 18 pages. > ICI
  • BMJ Best Practice "Coronavirus disease 2019 (Covid-19)" consulté le 12 mai 2020. > ICI
  • Centre d'épidémiologie et de santé publique des armées "Investigation de l'épidémie de Covid-19 au sein du groupe aéronaval" 4 mai 2020 : 40 pages. > ICI
  • HAS "Place des tests sérologiques dans la stratégie de prise en charge de la maladie Covid-19" 1er mai 2020 : 37 pages. > ICI
  • Plaçais L et Richier Q "Covid-19 : caractéristiques cliniques, biologiques et radiologiques chez l'adulte, la femme enceinte et l'enfant. Une mise au point au cœur de l'épidémie" Rev Med Interne 2020 ; 41 : 308-318. > ICI
  • Watson J et coll. "Interpreting a covid-19 test result" BMJ 2020 ; 369, mise en ligne le 12 mai 2020 : 7 pages. > ICI
Dans l'actualité, un service de l'Application Prescrire
Le texte complet, avec l'ensemble de ses ressources documentaires,
est disponible dans la rubrique "Dans l'actualité"
de l'Application Prescrire.

 

  Pour bénéficier de l'Application Prescrire :
Je m'abonne à Prescrire avec son Application Je complète mon abonnement pour bénéficier de l'Application J'installe l'Application Prescrire


> Tous les sujets "Dans l'actualité", disponibles dans l'Application Prescrire

Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter

 

Partager
Partager sur Facebook Partager sur Twitter