prescrire.org > Dans l'actualité > Dans l'actualité > En attendant le résultat d'un test diagnostique covid-19 : comment protéger les autres ?

Dans l'actualité

Le service "Dans l'actualité" de l'Application Prescrire aide les abonnés à se reporter à des textes Prescrire en lien avec certains faits d'actualité, pour partager avec les patients une information utile et fiable sur le sujet.

En attendant le résultat d'un test diagnostique covid-19 : comment protéger les autres ?

 Dans l'actualité  Dans l'attente du résultat d'un test covid-19, que faire pour limiter la transmission éventuelle du Sars-CoV-2 sans entraver inutilement la vie sociale, scolaire ou professionnelle ? La réponse est à adapter selon la situation qui a conduit à proposer le test et selon l'intensité locale de l'épidémie.

Les personnes qui ont des symptômes évocateurs d'une maladie covid-19 ont intérêt à effectuer un test recherchant une infection par le Sars-CoV-2 (> Principaux signes cliniques). Des tests de recherche du Sars-CoV-2 sont aussi pratiqués, pour diverses raisons, chez des personnes sans symptôme. Le nombre de personnes ainsi concernées complique l'accès aux tests et à leurs résultats.

Dans l'attente du résultat d'un tel test, que faire pour limiter la transmission éventuelle du Sars-CoV-2 sans entraver inutilement la vie sociale, scolaire ou professionnelle de ces personnes ? Les mesures sont à mettre en place en tenant compte de la situation qui a conduit à le proposer, et de l'intensité locale de l'épidémie.

Selon les rapports hebdomadaires de Santé publique France, au cours du mois de septembre 2020, chez les personnes ayant effectué un test en raison de symptômes évocateurs de covid-19, la présence de Sars-CoV-2 a été confirmée dans 9 % à 13 % des prélèvements. Chez les personnes qui ont déclaré ne pas avoir de symptôme, cette proportion a été de l'ordre de 3 % à 4 %. Ces proportions évoluent au fil du temps et sont variables d'une région à l'autre. Pour adapter les mesures à mettre en place, il est utile de s'informer de l'évolution locale de l'épidémiologie sur le site internet de Santé publique France (> ICI).

La prévention de la transmission du Sars-CoV-2 repose sur des mesures, les gestes dits barrières, avec principalement : lavage des mains, attention soutenue aux gestes des mains, maintien à distance des autres, décontamination des surfaces fréquemment touchées avec les mains, aération des lieux clos, port du masque (> Transmission et gestes barrières).

Face à des symptômes évoquant une maladie covid-19 : limiter le risque de transmission. Chez les personnes qui ont des symptômes évocateurs de covid-19, l'objectif est de ne pas prendre le risque d'exposer au virus les personnes de l'entourage ou seulement côtoyées, et de limiter la circulation du virus dans la population. Jusqu'à preuve du contraire, en période d'épidémie de covid-19, la survenue de signes respiratoires, ORL ou digestifs évocateurs de covid-19, est à interpréter comme une infection par le Sars-CoV-2, par prudence (> Principaux signes cliniques). La présence du virus dans les sécrétions nasales, buccales et respiratoires est alors à considérer comme probable, même si, en septembre 2020, cette probabilité semblait relativement faible : en moyenne inférieure à 15 % en cas de symptômes avant d'effectuer un test. Il est alors préférable que la personne reste, autant que possible, dans une pièce dédiée ou se maintienne constamment à distance des autres, qu'elle et son entourage renforcent l'hygiène des mains, qu'elle veille à limiter la contamination des surfaces, qu'elle porte un masque pour limiter les projections, et d'une manière générale qu'elle respecte attentivement ces gestes barrières, en particulier à l'intérieur du foyer.

Proximité avec une personne dont l'infection a été confirmée : veiller à des mesures de prévention effectives. Quand une personne a été en relation de façon rapprochée avec une autre dont l'infection par le Sars-Cov-2 a été confirmée, la probabilité d'infection est plus ou moins élevée selon la nature et la durée du contact avec cette personne. Quand la situation d'exposition au virus a été identifiée, il est utile d'en noter la date. Si l'infection survient, elle est détectable dans la majorité des cas dans les 7 jours qui suivent l'exposition au Sars-CoV-2, et dans la plupart des cas dans les 14 jours. Si la personne exposée (dite personne-contact) se retrouve ainsi infectée, elle est contagieuse durant une période d'environ 10 jours, même en l'absence de symptôme. La contagiosité est maximale au cours des premiers jours de l'infection.

En cas d'expositions répétées durant la période de contagion, le risque d'infection persiste tant que les gestes barrières ne sont pas effectués par toutes les personnes qui se côtoient en relation rapprochée avec la personne contagieuse.

Une personne-contact a intérêt à mettre en place des mesures de prévention, y compris à domicile, et particulièrement face à des personnes à risque de complications de covid-19 (> Patients à risque), tant qu'il existe un risque élevé de contagion, c'est-à-dire au cours des deux semaines qui suivent l'exposition. Un respect permanent des gestes barrières permet d'éviter un isolement complet, social, scolaire ou professionnel. Quand ce respect est possible, un isolement complet n'est pas justifié par le seul fait d'avoir été en relation avec une personne infectée, surtout si l'exposition a été limitée en durée et en intensité.

Une relation rapprochée avec une personne qui elle-même est une personne-contact ne constitue pas un risque particulier d'infection. Ce type de relation n'appelle pas d'autre mesure que celles conseillées à l'ensemble de la population en période d'épidémie de covid-19. La réalisation d'un test dans cette situation s'apparente à un dépistage en l'absence de risque connu.

Risque d'infection à la suite d'un événement à risque : protéger avant tout les personnes fragiles de l'entourage. En France, en l'absence de symptôme évocateur de covid-19 et de relation rapprochée avec une personne dont l'infection a été confirmée, la probabilité d'infection est faible. Mais elle n'est pas nulle tant que le Sars-CoV-2 circule.

Par exemple, la participation à un événement à forte densité humaine (festif, familial, etc.) où les gestes barrières n'ont pas été respectés, surtout dans un lieu clos sans ventilation adéquate, justifie d'envisager un risque d'infection des personnes présentes. Il est prudent que les participants en tiennent compte et rendent effectives les mesures de prévention, les gestes barrières, vis-à-vis des personnes particulièrement à risque de complications de covid-19 durant les deux semaines qui suivent l'événement, sans que cela justifie un isolement complet.

Dépistage, à titre systématique, sans symptôme et en l'absence de relation de proximité connue avec une personne infectée : précautions habituelles. Par principe, certaines institutions, certaines sociétés de transport, ou certaines personnes préfèrent effectuer ou faire effectuer un test de dépistage, sans lien avec une exposition connue à une personne infectée. Les raisons sont diverses : appartenance à un groupe d'âge, provenance d'un lieu particulier, voyage, etc. Quand un dépistage n'est pas réalisé en raison d'un risque accru d'infection, la probabilité de présence du virus n'est pas supérieure à celle dans la population générale. Jusqu'à preuve du contraire, la personne testée n'est pas à considérer comme infectée. Le respect des gestes barrières en collectivité est souhaitable comme pour tous, mais il n'y a pas de raison que l'attente du résultat du test modifie le niveau de vigilance, que ce soit avant le résultat du test, comme après un résultat négatif.

En somme. Dans l'attente du résultat d'un test pour recherche d'une infection par le Sars-CoV-2, les mesures à mettre en place sont à adapter selon la situation qui a conduit à effectuer ce test :

  • en cas de symptômes évocateurs de covid-19, il est prudent de se considérer comme contagieux, jusqu'à preuve du contraire, et de veiller rigoureusement à la mise en place des gestes dits barrières, pour protéger autant que possible son entourage, particulièrement à domicile ;
  • en l'absence de symptôme, une relation rapprochée avec une personne contagieuse expose au risque devenir soi-même contagieux, surtout durant les deux semaines qui suivent cette exposition. Des mesures effectives de prévention pour protéger son entourage sont souhaitables, sans qu'un isolement soit justifié, surtout si l'exposition a été limitée en durée et en intensité ;
  • après la participation à un événement à fort risque de transmission du virus, il semble raisonnable d'appliquer des mesures de prévention, surtout en présence de personnes particulièrement à risque de complications du covid-19, et ce durant les deux semaines qui suivent l'événement ;
  • en l'absence de symptôme, ou d'exposition connue à une personne infectée, le risque d'être contagieux est a priori voisin de celui de la population générale jusqu'à preuve du contraire, et les mesures préventives à adopter dans l'attente du résultat d'un éventuel test de dépistage ne sont pas différentes de celles justifiées pour la population générale en période d'épidémie de covid-19.

©Prescrire 7 octobre 2020

Sources :

  • Santé publique France, points épidémiologiques hebdomadaires covid-19, des 10, 17 et 24 septembre et 1er octobre 2020. > ICI
  • Prescrire Rédaction "Comprendre la transmission du Sars-CoV-2 à l'origine de la maladie covid-19" 5 octobre 2020. > ICI
  • Prescrire Rédaction "Principaux signes cliniques connus évoquant une infection par Sars-CoV-2" 15 mai 2020. > ICI

 

Dans l'actualité, un service de l'Application Prescrire
Le texte complet, avec l'ensemble de ses ressources documentaires,
est disponible dans la rubrique "Dans l'actualité"
de l'Application Prescrire.

  Pour bénéficier de l'Application Prescrire :
Je m'abonne à Prescrire avec son Application Je complète mon abonnement pour bénéficier de l'Application J'installe l'Application Prescrire


> Tous les sujets "Dans l'actualité", disponibles dans l'Application Prescrire

Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter

 

Partager
Partager sur Facebook Partager sur Twitter