prescrire.org > Dans l'actualité > Dans l'actualité > Covid-19 : reconnaître la maladie et évaluer sa gravité

Dans l'actualité

Le service "Dans l'actualité" de l'Application Prescrire aide les abonnés à se reporter à des textes Prescrire en lien avec certains faits d'actualité, pour partager avec les patients une information utile et fiable sur le sujet.

Covid-19 : reconnaître la maladie et évaluer sa gravité

 Dans l'actualité  Les infections par le coronavirus Sars-CoV-2 sont de gravité diverse selon les patients. Recherche des signes d'alerte, repérage des patients à risque de forme grave et surveillance clinique, sont les composants de la prise en charge clinique de ces patients.

La revue Prescrire a publié, dès mi-novembre 2020 sous format numérique, avant la publication dans son numéro de décembre, une synthèse sur les signes cliniques évoquant une maladie covid-19 et les critères de gravité motivant une surveillance particulière.

Des signes fréquents en cas de maladie covid-19 permettent de repérer la plupart des patients dont il est particulièrement prudent de surveiller l'évolution : fièvre, toux, maux de gorge, douleurs musculaires ou articulaires, maux de tête, fatigue. La perte du goût et la perte de l'odorat sont des signes très spécifiques de covid-19.

Déterminer la gravité de la maladie covid-19 repose avant tout sur l'évaluation de l'atteinte respiratoire. Chez les adultes, les signes d'alerte qui justifient une hospitalisation sans délai sont surtout : température corporelle supérieure à 40 °C ; fréquence respiratoire supérieure à 24 par minute ; pression artérielle systolique inférieure à 100 mm Hg ; troubles de la vigilance ; extrémités froides ou peau marbrée ; saturation en oxygène (SpO2, par oxymétrie de pouls) inférieure à 92 % en air ambiant.

Certains patients sont exposés à un risque accru de formes graves de covid-19, notamment les patients les plus âgés. Le risque de formes graves de covid-19 est aussi accru en cas d'affection cardiaque, d'obésité, de diabète avec complications, d'affection pulmonaire chronique, de cancer, d'immunodépression, d'insuffisance rénale chronique. Une vigilance particulière est justifiée chez les femmes enceintes.

Une aggravation, surtout respiratoire, survient parfois après quelques jours d'évolution, y compris dans les formes modérées, en général dans les 10 premiers jours de symptômes. Une mesure régulière de la saturation en oxygène est un des moyens de surveillance en particulier chez les patients à risque de formes graves.

©Prescrire 13 novembre 2020

Dans l'actualité, un service de l'Application Prescrire
Le texte complet, avec l'ensemble de ses ressources documentaires,
est disponible dans la rubrique "Dans l'actualité"
de l'Application Prescrire.

  Pour bénéficier de l'Application Prescrire :
Je m'abonne à Prescrire avec son Application Je complète mon abonnement pour bénéficier de l'Application J'installe l'Application Prescrire


> Tous les sujets "Dans l'actualité", disponibles dans l'Application Prescrire

Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Partager
Partager sur Facebook Partager sur Twitter