prescrire.org > Tous les articles en Une > Les 100 derniers > Anti-inflammatoires : risques pour les reins même chez des jeunes en bonne santé

Article en Une

Chaque mois, la Rédaction publie des informations en accès libre.

Les 100 derniers :  1 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | 90

Anti-inflammatoires : risques pour les reins même chez des jeunes en bonne santé

La prise d'anti-inflammatoires non-stéroïdiens (AINS) présente des risques de néphrotoxicité chez des jeunes lors d'exercices physiques intenses, surtout quand il fait chaud.

La plupart des études ayant évalué la néphrotoxicité des anti-inflammatoires non-stéroïdiens (AINS) ont été menées chez des patients âgés ou ayant un trouble rénal préexistant. Une large étude renseigne sur la néphrotoxicité des AINS chez des patients jeunes et en bonne santé. Elle a inclus 764 228 militaires qui ont servi dans l'armée étatsunienne entre 2011 et 2014. 86 % étaient des hommes. L'âge médian était de 27 ans. Ils ont été suivis jusqu'en 2018.

Les doses reçues d'AINS prescrits ont été calculées en dose quotidienne standard durant les 6 mois précédents. Au cours de cette période de 6 mois, 16 % de ces militaires ont reçu plus de 42 doses quotidiennes standard d'AINS ; 18 % en ont reçu 42 ou moins ; et 66 % n'ont pas reçu de prescription d'AINS. Parmi les 804 471 prescriptions d'ibuprofène (Brufen° ou autre), 78 % concernaient des unités de prise de 800 mg, 3 fois ou plus par jour dans 88 % des cas. Parmi les 376 078 prescriptions de naproxène (Naprosyne° ou autre), 96 % concernaient des unités de prise de 500 mg ou plus, 2 fois ou plus par jour dans 94 % des cas.

Au total, 3 militaires sur 1 000 ont eu une insuffisance rénale aiguë et 2 pour 1 000 une maladie rénale chronique. Comparé aux personnes qui n'avaient pas reçu de prescription d'AINS, il a été observé un risque plus grand de 20 %, statistiquement significatif, d'insuffisance rénale aiguë ou de maladie rénale chronique dans le groupe le plus exposé aux AINS. Les auteurs évoquent la situation à risque des exercices physiques intenses avec déshydratation menés par les soldats au cours des entraînements en zones chaudes.

Ces données incitent à informer les personnes sportives des risques liés à la prise d'un AINS quand des exercices physiques intenses sont prévus, a fortiori quand il fait chaud.

©Prescrire 1er août 2019

"AINS : néphrotoxicité chez des adultes jeunes en bonne santé" Rev Prescrire 2019 ; 39 (430) : 586. (pdf, réservé aux abonnés)

Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Partager
Partager sur Facebook Partager sur Twitter

 
Lire le texte complet
Pdf, réservé aux abonnés

Voir aussi :

Fiche P4 : rein et médicaments
Interactions Médicamenteuses
Prescrire
Pdf, réservé aux abonnés

AINS : insuffisances rénales aiguës
chez des enfants aussi
Rev Prescrire 2013 ;
33 (356) : 429.
Pdf, réservé aux abonnés