prescrire.org > Tous les articles en Une > Les 100 derniers > Benzodiazépines : risque d'usage persistant même après un traitement court

Article en Une

Chaque mois, la Rédaction publie des informations en accès libre.

Les 100 derniers :  1 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | 90

Benzodiazépines : risque d'usage persistant même après un traitement court

Après l'utilisation occasionnelle d'une benzodiazépine, un usage répété est fréquent, avec un risque de dépendance. Quand une benzodiazépine est justifiée, il est important de préparer avec le patient l'arrêt de la benzodiazépine dès son instauration.

En 2021, une étude de cohorte réalisée à partir d'une base de données d'assurance maladie étatsunienne a recensé 2,5 millions de patients adultes ayant subi une intervention chirurgicale entre 2009 et 2017 et n'ayant pas reçu de prescription de benzodiazépine durant l'année précédente (sauf éventuellement le mois précédant l'intervention). Les interventions chirurgicales les plus fréquentes étaient les chirurgies de la cataracte, les cholécystectomies et les hystérectomies.

64 000 patients (2,6 %) ont reçu une benzodiazépine dans la période entourant l'intervention chirurgicale, pendant plus de 10 jours pour la moitié d'entre eux. Les benzodiazépines le plus souvent utilisées ont été le diazépam (Valium° ou autre) (32 %) et l'alprazolam (Xanax° ou autre) (29 %). 19,5 % des patients qui ont eu une prescription de benzodiazépine à l'occasion de l'intervention chirurgicale ont continué ensuite d'en prendre. Entre 90 jours et 180 jours après l'intervention chirurgicale, 56 % des patients ont reçu une nouvelle prescription de benzodiazépine et 44 % ont reçu deux prescriptions ou plus.

Les facteurs d'usage persistant de benzodiazépine mis en évidence ont été : un âge supérieur à 70 ans, le sexe féminin, le nombre de comorbidités, des antécédents d'anxiété, de dépression, d'insomnie ou d'abus de substances.

En pratique, après l'utilisation occasionnelle d'une benzodiazépine, un usage répété ou persistant est fréquent, et le risque de dépendance est réel. Quand une benzodiazépine est justifiée, il est important de préparer avec le patient l'arrêt de la benzodiazépine dès son instauration.

©Prescrire 1er décembre 2021

• Texte complet : 

"Benzodiazépines en périopératoire : facteur d'usage persistant" Rev Prescrire 2021 ; 41 (458) : 907. Réservé aux abonnés.

Je m'abonne à Prescrire
Partager
Partager sur Facebook Partager sur Twitter


Voir aussi :

"Réussir l'arrêt
d'une benzodiazépine"
Fiche Infos-Patients Prescrire 
Pdf, réservé aux abonnés,
à remettre aux patients
 
"Quelques éléments
pour le choix
d'une benzodiazépine
dans les plaintes
de mauvais sommeil"
Rev Prescrire 2018 ;
38 (415) : 356-357.
Pdf, réservé aux abonnés
 
"Personnes âgées :
moins de benzodiazépines
grâce à une formation directe
des patients"
Rev Prescrire 2017 ;
37 (406) : 633.
Pdf, réservé aux abonnés
 
"Hospitalisation : syndromes
de sevrage graves
aux benzodiazépines"
Rev Prescrire 2016 ;
36 (396) : 747.
Pdf, réservé aux abonnés
 
"Arrêt des benzodiazépines :
des recommandations
pratiques"
Rev Prescrire 2016 ;
36 (395) : 703.
Pdf, réservé aux abonnés
 
"Plaintes de mauvais sommeil :
autant que possible,
éviter les somnifères"
Rev Prescrire 2008 ;
28 (292) : 111-118 .
Pdf, réservé aux abonnés
 
"Insomnie : augmenter
les chances de réussite
du sevrage en benzodiazépine"
Rev Prescrire 2004 ;
24 (256) : 854-855.
Pdf, réservé aux abonnés


À découvrir :

Tous les Articles en Une
depuis 2002
Accès libre >