prescrire.org > Tous les articles en Une > Les 100 derniers > Déprescrire : souvent souhaitable, pas toujours facile

Article en Une

Chaque mois, la Rédaction publie des informations en accès libre.

Les 100 derniers :  1 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | 90

Déprescrire : souvent souhaitable, pas toujours facile

Ne pas commencer à prescrire des médicaments plus dangereux qu'utiles, c'est œuvrer dans l'intérêt des patients. Contribuer à les arrêter aussi. De nombreux autres médicaments exposant à long terme à des effets indésirables disproportionnés par rapport aux bénéfices espérés amènent à envisager le moment de leur arrêt dès leur prescription.

Réduire ou arrêter l'utilisation de médicaments inutiles, voire délétères, vise à "ne pas nuire". Mais "déprescrire" n'est pas simple. Dans certaines situations, il est souhaitable de ne pas prescrire un médicament. C'est le cas quand cela évite d'exposer les patients à des risques qui pèsent trop lourd par rapport à des bénéfices prévisibles très minces, voire très incertains. C'est assurément le cas des médicaments à écarter des soins, dont le bilan est mis à jour chaque année par Prescrire depuis 10 ans. Contribuer à les arrêter est une démarche utile, même si elle se heurte parfois aux
réticences de patients qui ne ressentent pour l'instant aucun inconvénient à les prendre, et à celles de prescripteurs qui n'en perçoivent pas les risques.

De nombreux autres médicaments ont une balance bénéfices-risques favorable en traitements de courte durée, mais exposent à long terme à des effets indésirables disproportionnés par rapport aux bénéfices espérés. Pour guider une démarche de déprescription dans ces situations, on manque souvent de données d'évaluation solides. Comme l'acte de prescrire, celui de déprescrire un traitement n'est pas sans risque. La démarche est similaire : évaluer pour et avec chaque patient les probabilités de bénéfices et les probabilités d'effets nocifs de l'arrêt de ce traitement, et les mettre en balance avec ceux de le poursuivre. Puis parfois ne pas déprescrire, ou attendre un meilleur moment.

Dès sa prescription, il est déjà utile d'informer les patients sur la raison et la durée du traitement, ce qui amène souvent à parler de l'intérêt et du moment de le déprescrire.

©Prescrire 1er décembre 2021

• Texte complet : 

"Déprescription raisonnée" Rev Prescrire 2021 ; 41 (458) : 881. Accès libre.

Je m'abonne à Prescrire

 

Partager
Partager sur Facebook Partager sur Twitter


Voir aussi :

"Médicaments à écarter
pour mieux soigner :
bilan 2022"
(Décembre 2021)
Accès libre

"Arrêter un usage prolongé
de tramadol"
Rev Prescrire 2021 ;
41 (458) : 917-921.
Pdf, réservé aux abonnés
 
"Sobriété médicamenteuse"
Rev Prescrire 2021 ;
41 (456) : 721.
Pdf, accès libre
 
"Questionner sa pratique :
vers plus de sobriété
médicamenteuse
chez les personnes âgées"
Rev Prescrire 2021 ;
41 (456) : 781-787.
Pdf, réservé aux abonnés
 
"Limiter les effets indésirables
des médicaments :
pratiques de terrain"
Rev Prescrire 2021 ;
41 (455) : 704-706.
Pdf, réservé aux abonnés
 
"Inhibiteurs de la pompe
à protons : savoir éviter
des risques injustifiés,
et savoir "déprescrire""
Rev Prescrire 2021 ;
41 (450) : 256.
Pdf, réservé aux abonnés
 
"Arrêt d'un antidépresseur.
Planifier une diminution
progressive des doses"
Rev Prescrire 2021 ;
41 (450) : 288-290.
Pdf, réservé aux abonnés
 
"Durée et arrêt d'un traitement
par dermocorticoïde.
Limiter la durée et,
par prudence,
réduire progressivement
les doses"
Rev Prescrire 2020 ;
40 (442) : 611-612.
Pdf, réservé aux abonnés
 
De nombreux autres
textes en indiquant
"déprescription"
dans le moteur de recherche
> Rechercher dans Prescrire


À découvrir :

Tous les Articles en Une
depuis 2002
Accès libre >