prescrire.org > Tous les articles en Une > Les 100 derniers > Prise par voie orale d'un médicament injectable : efficacité incertaine et risques avérés

Article en Une

Chaque mois, la Rédaction publie des informations en accès libre.

Les 100 derniers :  1 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | 90

Prise par voie orale d'un médicament injectable : efficacité incertaine et risques avérés

L'administration par voie orale de la forme injectable d'un médicament est parfois pratiquée par les soignants, faute de forme buvable adaptée. Cette pratique est souvent inefficace et risquée. Le vieil adage « injectable donc buvable » est séduisant, mais trompeur et dangereux.

Dans certaines situations, la prise d'une forme sèche par voie orale est parfois impossible voire trop dangereuse, par exemple chez de jeunes enfants, en soins palliatifs, ou chez des patients atteints de troubles de la déglutition. Quand il n'existe pas de forme buvable, il est tentant d'administrer par voie orale une forme injectable.

En France, en 2022, en dehors des rares substances comme la vitamine K1 et la vitamine B12 dont le double usage oral et injectable est expressément prévu, il n'y a pas de mise en garde explicite officielle concernant l'administration par voie orale des formes injectables.

Beaucoup d'incertitudes existent autour de cette pratique. Le plus souvent, on note une moindre efficacité du médicament, qui est plus ou moins dégradé dans le tube digestif. Des effets nocifs de cette pratique sont avérés : irritations de la muqueuse digestive, troubles digestifs, fausses routes, etc.

L'utilisation inhabituelle d'une forme injectable par voie orale est une source d'erreur et d'effets indésirables graves. Il est souvent préférable d'utiliser une autre forme pharmaceutique, ou une autre substance adaptée à la voie orale.

Lorsqu'on envisage d'administrer par voie orale une forme injectable, la prudence incite le soignant à s'interroger sur la pertinence de la prescription, à s'assurer qu'il n'y a pas d'alternative et dans ce cas, à se documenter sur une éventuelle toxicité et sur le maintien de l'efficacité. Quand le choix de l'administration orale d'un médicament sous forme injectable est retenu, il est utile de mentionner dans le dossier du patient les arguments qui ont motivé ce choix souvent délicat, pour informer les autres soignants.

©Prescrire 1er mai 2022

• Texte complet : 

"Administrer par voie orale une forme injectable : une pratique peu étudiée mais des risques avérés" Rev Prescrire 2022 ; 42 (463) : 347-352. Réservé aux abonnés.

Je m'abonne à Prescrire
Partager
Partager sur Facebook Partager sur Twitter


À découvrir :

Tous les Articles en Une
depuis 2002
Accès libre >