prescrire.org > Tous les articles en Une > Les articles en Une depuis 2002 : 2021 > Compléments alimentaires : trop facilement autorisés et parfois dangereux

Article en Une : Archives

Chaque mois, la Rédaction publie des informations en accès libre.

2021 : 1 | 30 | 60

Compléments alimentaires : trop facilement autorisés et parfois dangereux

Plusieurs éléments entretiennent une forte confusion entre compléments alimentaires et médicaments. De nombreuses alertes incitent de plus en plus à la prudence, alors que l'intérêt de consommer des compléments alimentaires est incertain.

La consommation des compléments alimentaires est en hausse constante, surtout ceux à base d'ingrédients d'origine végétale. En France, leur mise sur le marché est encadrée mais peu contraignante.

Plusieurs éléments entretiennent une forte confusion entre compléments alimentaires et médicaments : ressemblance des formes et des conditionnements, allégations de santé, noms commerciaux évocateurs, publicité grand public.

Les fabricants de compléments alimentaires sont soumis à peu de contraintes en matière d'information. Leur étiquetage doit répondre aux exigences propres aux denrées alimentaires mais pas aux produits de santé. Il n'est pas imposé aux fabricants de fournir systématiquement une notice au contenu défini par une autorité.

Les allégations de santé mises en avant par les fabricants leur confèrent une apparence de médicament, alors qu'ils échappent aux contrôles liés au statut de médicament. Les allégations de santé sont validées au niveau européen. Mais, selon l'évolution de la réglementation européenne, cette exigence risque de disparaître pour les plantes dont l'usage traditionnel pourrait être reconnu.

Les bilans sur leurs effets indésirables s'accumulent, avec des troubles parfois graves, alors que l'intérêt de consommer des compléments alimentaires est incertain. Les soignants ont un rôle à jouer en incitant à la prudence, à s'interroger avec les patients sur leur intérêt réel, les incertitudes de leurs effets et de leurs dangers. Contribuer aux notifications d'effets indésirables est crucial pour mieux protéger les consommateurs.

©Prescrire 1er avril 2021

• Texte complet : 

"Compléments alimentaires : peu évalués et contrôlés, trop facilement autorisés et parfois dangereux" Rev Prescrire 2021 ; 41 (450) : 303-309. Réservé aux abonnés.

Je m'abonne à Prescrire
Partager
Partager sur Facebook Partager sur Twitter


Voir aussi :

Compléments alimentaires :
peu évalués et contrôlés,
trop facilement autorisés
et parfois dangereux.
Première partie : un dédale
réglementaire, peu d'exigences
pour leur autorisation
Rev Prescrire 2021 ;
41 (449) : 208-213.
Pdf, réservé aux abonnés

Pharmacies d'officine en France
et compléments alimentaires
Rev Prescrire 2021 ;
41 (449) : 210.
Pdf, réservé aux abonnés

Nathyroïd° à base de L-tyrosine :
une embrouille !
Rev Prescrire 2020 ;
40 (446) : 898-899.
Pdf, réservé aux abonnés

D-mannose et infections
urinaires simples
Rev Prescrire 2020 ;
40 (445) : 805-807.
Pdf, réservé aux abonnés

Plantes contenant de la berbérine :
tératogènes et foetotoxiques
Rev Prescrire 2020 ;
40 (445) : 829.
Pdf, réservé aux abonnés

Complément alimentaire
frauduleux : accident
vasculaire cérébral
Rev Prescrire 2020 ;
40 (437) : 188.
Pdf, réservé aux abonnés

Confusions persistantes
entre le médicament Lytos°
et le complément alimentaire
Lithos°
Rev Prescrire 2020 ;
40 (436) : 105.
Pdf, réservé aux abonnés

Compléments alimentaires
à base de curcuma :
hépatites cholestatiques
Rev Prescrire 2020 ;
40 (436) : 111.
Pdf, réservé aux abonnés

De nombreux autres
textes en indiquant
"complément alimentaire"
dans le moteur de recherche
> Rechercher dans Prescrire


À découvrir :

Tous les Articles en Une
depuis 2002
Accès libre >